91d+NHd5pjL

René MANZOR, Apocryphe.
359 pages.
Editions Calmann-Lévy (3 octobre 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Jérusalem. An 30. Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.

Son nom est David de Nazareth, et ceci est son histoire.

Un adolescent en quête de justice et de vérité.

Une fresque épique, violente et émouvante, un thriller biblique à couper le souffle, relecture stupéfiante de l'histoire officielle.

MON AVIS :

René Manzor est scénariste, réalisateur, et écrivain. En seulement deux romans, René Manzor s’est imposé comme un des nouveaux noms du thriller français, et a reçu pour Celui dont le nom n’est plus (Kero, 2014) le Prix Cognac du polar Francophone.

Dans cette fresque remarquable et sanglante, René Manzor réécrit l’Histoire et plonge son lecteur dans la Palestine truffée de faiseurs de miracles et de messie du Ier siècle.

Emaillé de scènes de batailles sanglantes et d'exceptionnels moments de bravoure, son récit emporte le lecteur dans une épopée biblique vertigineuse et terrifiante, qui propose une relecture osée, stupéfiante mais tout à fait réussie de l’histoire officielle et interroge sur la vérité cachée derrière les idéologies et les religions.

Conjuguant à la perfection vérité historique, divertissement et besoin de merveilleux, René Manzor signe avec Apocryphe une saga épique haletante, passionnante de la première à la dernière page !

Je remercie les éditions Calmann-Lévy ainsi que la plateforme NetGalley de leur confiance.