91lo9Bw5ZNL

Florence ROCHE, La réfugiée du domaine.
304 pages.
Editions Calmann-Lévy (1 mars 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Dans les années 30, Irène, une orpheline de dix-neuf ans, est placée comme vachère chez des fermiers du haut plateau du Chambon. Sa rude vie de paysanne est adoucie par la bienveillance d’une inconnue. Cette bienfaitrice, qui vit à l’écart du village, a purgé une lourde peine de prison.
Pourquoi s’intéresse-t-elle à elle ?

Irène apprend qu’avant d’être abandonnée, elle a vécu dans la région. Était-elle la fille d’une réfugiée étrangère, comme l’indique son dossier à l’orphelinat ? Que lui cache le pasteur de la maison d’accueil où elle avait été placée ?

Pour percer le mystère de ses origines et conquérir le droit à l’amour et au bonheur, Irène devra regarder en face la plus terrible des vérités…

MON AVIS :

Née au Puy-en-Velay en Haute-Loire, Florence Roche a fait des études d'histoire à la faculté de Saint-Etienne. Elle a notamment publié L'Honneur des Bories (2010), L'Héritage maudit (2011), La Trahison des Combes (2012), La Réfugiée du domaine (2017) et dans la collection Trésors de France Les Carnets d'Esther (2018).

Empreint de tristesse mais aussi d’une bouleversante tendresse, La réfugiée du domaine fait partie de ces romans magnifiques, qui s’inscrivent dans la grande tradition romanesque et restituent le pouvoir destructeur de secrets douloureusement gardés et les tourments d’une Histoire cruelle et injuste, indifférente aux souffrances des individus qui la composent.

À travers le destin romanesque d’Irène et de sa palpitante quête d’identité, Florence Roche a su éprouver l’humanité de ses lecteurs et les emporter sur les traces d’un peuple plusieurs fois millénaire que rien ni personne n’a jamais pu anéantir.

Parfaitement documenté, La réfugiée du domaine est une envoûtante et douloureuse histoire d’amour et de perte, à laquelle se mêlent les notes troubles d’une famille à la mémoire outragée... Un roman poignant, pour s’émouvoir et apprendre de l’Histoire…