HISTOIRE DU SOIR

22 juillet 2017

Beatriz WILLIAMS : Les lumières de Cape Cod

41rkYjAF7uL

Beatriz WILLIAMS, Les lumières de Cape Cod.
400 pages.
Editions Belfond (1 juin 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c'est d'abord les courriers menaçants d'un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c'est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu'il n'y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l'écho, s'il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle...
Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?

MON AVIS :

Auteur de romances historiques, publiées sous le pseudonyme de Juliana Gray, Beatriz Williams a connu le succès avec L'Été du cyclone (Belfond, 2015 ; Pocket, 2016), best-seller outre-Atlantique, et La Vie secrète de Violet Grant (Belfond, 2016 ; Pocket, 2017). Les Lumières de Cape Cod est son troisième roman à paraître chez Belfond. Avec pour toile de fond la bonne société de l'Amérique des sixties, Beatriz Williams livre le magnifique et troublant portrait d'une femme prise au piège de la passion, du pouvoir et du mensonge.

À mi-chemin entre le grand roman féminin et le roman de fiction historique, Les lumières de Cape Cod offre non seulement une réflexion pleine d’acuité sur la nature ambivalente et la perfidie des relations familiales mais brosse aussi le portrait émouvant d’une femme entière et passionnée, qui lutte contre les préjugés de la bonne société américaine des années 60.

Avec le retour inattendu et déstabilisant du premier amour de Tiny, c’est tout son passé qui ressurgit. Entre silences, gênes et non-dits, des liens vont alors se nouer, se renouer, les langues se délier, révélant les trahisons et faisant émerger les secrets enfouis et des vérités nécessaires…

Cette magnifique histoire de trahison, d’amour impossible, de secrets de famille et de faux-semblants fera à coup sûr palpiter le cœur des amateurs de grandes et belles sagas romanesques mais plaira également aux lecteurs plus exigeants, soucieux de découvrir le portrait passionnant d’une femme sans cesse écartelée par la raison et le cœur, et le respect des convenances de l’époque. Le roman de Beatriz Williams offre en effet un témoignage édifiant des rapports archaïques entre hommes et femmes dans une société sexiste que le mouvement des revendications féministes des années 60, puis 70, vont profondément modifier.

« Une bonne épouse se doit d’être aux côtés du candidat, élégante et souriante. Une bonne épouse suit de près la campagne de son mari candidat, va à la rencontre des électeurs et écoute le récit de leurs soucis, une bonne épouse est au courant de la moindre variation dans les sondages. Une bonne épouse pose pour les photographes (une jambe croisée devant l’autre, pour les faire paraître plus longues, vous voyez, pour accentuer la courbe des hanches) et sourit pour cacher ses propres soucis. Une bonne épouse produit des enfants tout aussi photogéniques pour illustrer les qualités du candidat en tant que chef de famille. Une bonne épouse ne dissimule aucun secret honteux, ne vend pas les bijoux reçus en cadeau à Noël, n’avoue aucun désir secret. »

Les lumières de Cape Cod est un roman captivant, le portrait fascinant d’une famille à la dérive que le pouvoir destructeur d’un secret douloureusement gardé va définitivement bouleverser… Un excellent page turner à glisser dans hésiter dans son sac de plage cet été !

Je remercie les éditions Belfond et la plateforme NetGalley de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 juillet 2017

USBORNE : Mon livre des questions-réponses - La science

51txqS-bh3L

USBORNE : Mon livre des questions-réponses - La science.
12 pages.
Editions Usborne (13 juillet 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Quand, où, comment, pourquoi, oui ou non... Soulève les rabats de ce livra fascinant et découvre les réponses à toutes sortes de questions  sur la science.

MON AVIS :

À découvrir à partir de 6 ans (ou même un peu plus tôt pour les plus curieux), ce grand livre à rabats cartonné répond à toutes les questions que se posent les enfants sur la science.

Le sable se dissout-il dans l’eau ? Le ciel est-il vraiment bleu ? Peut-on vivre sur la Lune ? Qu’est-ce qu’étudie un botaniste ? Comment fonctionne un microscope ? En soulevant les rabats, les petits curieux trouveront des réponses simples et claires aux questions parfois complexes qu’ils se posent. Il y a sept grandes thématiques différentes (quand, comment, pourquoi, etc...) et de très nombreuses illustrations amusantes qui facilitent la compréhension. De quoi satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance tout en s'amusant !

Mon livre des questions-réponses – La science est un super quid d’accès ludique et abondamment illustré. C’est un livre à rabats idéal pour intéresser les enfants (et leurs parents) aux sciences et découvrir tout un tas de faits scientifiques étonnants ! Un must pour tous ceux qui se posent des questions au sujet du monde qui les entoure !

Je remercie les éditions Usborne de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2017

USBORNE : Mon livre des questions-réponses - Les aliments

51nZ6vK20DL

USBORNE, Mon livre des questions-réponses - Les aliments.
13 pages.
Editions Usborne (22 juin 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Ce livre répond d'une façon vivante à un tas de questions sur les aliments. Soulève les rabats et tu découvriras une multitude d'informations passionnantes.

MON AVIS :

À découvrir à partir de 6 ans (ou même un peu plus tôt pour les plus curieux), ce grand livre à rabats cartonné répond à toutes les questions que se posent les enfants sur les aliments.

Qu’avons-nous besoin de manger chaque jour ? Que deviennent les aliments que nous mangeons ? D’où viennent les pommes de terre ? Comment fait-on le chocolat ? Le sucre est-il bon pour la santé ? En soulevant les rabats, les petits curieux trouveront des réponses simples et claires aux questions parfois complexes qu’ils se posent. Il y a sept grandes thématiques différentes (quand, comment, pourquoi, etc...) et de très nombreuses illustrations amusantes qui facilitent la compréhension. De quoi satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance tout en s'amusant !

A l’heure où il est plus que jamais indispensable de faire le tri parmi les bons et des mauvais comportements alimentaires, ce livre à la fois ludique et interactif permettra aux jeunes enfants de faire de faire un point sur ce qu’ils savent vraiment de l’alimentation en général et de la leur en particulier. Un ouvrage utile et malin !

Je remercie les éditions Usborne de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2017

Tobby ROLLAND : La dernière licorne

51MiCfANj-L

Tobby ROLLAND, La dernière licorne.
594 pages.
Editions Presses de la Cité (24 mai 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Un thriller ambitieux au rythme effréné. Une intrigue historique diaboliquement séduisante qui embarque le lecteur dans une course folle, de Bordeaux à Erevan en passant par le Vatican et Hong Kong, à la poursuite d'un secret qui n'est rien de moins que celui de l'humanité tout entière.

Turquie, marché d'Igdir. Aman, la fillette kurde dont la famille est gardienne millénaire du mystère de l'Ararat, n'aurait pas dû accepter cette licorne en bois... Elle savait que c'était interdit.

Melbourne, Parlement mondial des religions. Un rapport secret est alarmant : les glaces du mont Ararat fondent inexorablement. L'«anomalie d'Ararat », cette forme détectée au cœur du glacier, est-elle « la » preuve que l'arche de Noé s'y est échouée comme le racontent la Torah, la Bible et le Coran ?

Arménie, Etchmiadzine. Quatorze mercenaires font irruption dans la cathédrale pour s'emparer d'une relique inestimable : un fragment de l'arche. Leur but : ne laisser aucun témoin. C'est le déclenchement d'une vague de meurtres aux quatre coins du monde.

Vatican, enfer de la Bibliothèque apostolique. Zak Ikabi, ethnologue et aventurier, a moins de trois minutes pour photographier l'original du sulfureux Livre d'Enoch. Quel secret, dont dépend l'avenir de toutes les religions, relie les mythes de l'arche, du Déluge et des licornes ?

Université de Toulouse-Le Mirail, laboratoire du DIRS. La glaciologue Cécile Serval se trouve nez à nez avec Zak, venu lui dérober son rapport secret. C'est le début d'une course qui nous emporte de l'Arménie au Vatican, du Nakhitchevan à Hong Kong... Pour s'achever sur les flancs de l'Ararat... Là où la vérité dépasse l'imagination.

MON AVIS :

Tobby Rolland est passionné d'énigmes historiques et de mystères ésotériques. C'est en lisant L'homme qui voulut être roi de R. Kipling qu'il imagine sa «véritable histoire de l'arche de Noé». Diplômé de sciences politiques, haut fonctionnaire dans plusieurs ambassades d'Asie centrale et du Moyen-Orient, il est spécialiste des questions diplomatiques, linguistiques et religieuses. Il a 53 ans. La Dernière Licorne est son premier roman.

Si vous aimez les mystères ésotériques et les secrets immémoriaux, les thrillers haletants et les courses effrénées dans lesquelles la vie des héros ne tient qu’à un fil alors nul doute que vous apprécierez de vous plonger dans La dernière licorne !

Au même titre que les romans de Dan Brown, La dernière licorne est une fiction divertissante, un mélange adroit de polar ésotérique et/ou théologique qui réactive de vieilles superstitions, sur fond de complots ourdis pour protéger un secret qui n’est rien de moins que celui de l’humanité tout entière et dont dépend l’avenir de toutes les religions.

Évidemment, on y croit ou on n’y croit pas. Tobby Rolland n’a d’ailleurs pas la prétention d’affirmer que le secret que ses héros recherchent ou protègent, soit une hypothèse historique sérieuse. Mais il n’empêche que derrière ce vernis ésotérique peu crédible, les théories concernant l’énigme d’Ararat, les révélations sur les animaux unicornes, le déluge universel, le sulfureux Livre d’Enoch et les anges étaient quand même bien passionnantes !

Ceux qui aiment les intrigues mystiques arriveront sans problème à se laisser emporter par le suspense, le rythme et les nombreux rebondissements de cette fiction originale. Les autres seront forcément déçus, car le roman de Tobby Rolland n’a finalement pas d’autre prétention que celle de divertir et distraire ses lecteurs… À vous de voir !

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 juillet 2017

USBORNE : Mes premières questions - Pourquoi a-t-on besoin des abeilles ?

51QXK13KdfL

USBORNE, Pourquoi a-t-on besoin des abeilles ?
24 pages.
Editions Usborne (13 juillet 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

À quoi servent les abeilles ? Pourquoi sont-elles si importantes pour l'environnement ? En soulevant les rabats de ce livre joliment illustré, les jeunes enfants découvriront la vie et le rôle des abeilles.

MON AVIS :

Grâce à ce formidable livre à rabats cartonné, les abeilles, la ruche, le métier d’apiculteur et la fabrication du miel n’auront plus aucun secret ! Destiné aux jeunes enfants à partir de 4 ou 5 ans, Pourquoi a-t-on besoin des abeilles ? est un livre distrayant qui répond à toutes les questions que les enfants peuvent se poser à propos des abeilles, de leur vie et de leur rôle au sein de notre environnement.

A quoi servent les abeilles ? Où vivent-elles ? Pourquoi sont-elles si importantes pour notre environnement ? Comment est fabriqué le miel ? En soulevant les nombreux rabats de ce livre, les petits curieux trouveront des réponses simples et claires aux questions parfois complexes qu’ils se posent ! Les illustrations, nombreuses et amusantes, facilitent la compréhension. De quoi satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance tout en s’amusant !

Pourquoi a-t-on besoin des abeilles ? est un super quid sur les abeilles sous forme de questions-réponses ! Ludique et abondamment illustré, ce livre à rabats est parfait pour éveiller la curiosité scientifique, la conscience écologique, apprendre avec plaisir et comprendre pourquoi il est nécessaire de protéger les abeilles !

Je remercie les éditions Usborne de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 13:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


14 juillet 2017

Dany ROUSSON : L'ensoleillée

51vztudi+2L

Dany ROUSSON, L'ensoleillée.
317 pages.
Editions Presses de la Cité (9 juin 2016).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Clarisse a dit adieu à l'oncle qui l'a élevée avec amour depuis la mort accidentelle de ses parents. Entre les murs chargés d'âme de la maisonnette de Sanary-sur-Mer dont elle a hérité, cauchemars et souvenirs rejaillissent. La jeune femme remonte le fil de son passé et de ses origines jusqu'alors cachées...

A Saint-Côme, petit village gardois, la jeune Clarisse Fabre, entourée de sa grand-mère Yvonne et de nombreux amis, enterre son oncle Grégoire. Viticulteur passionné, estimé de tous, il l'a élevée après la mort de ses parents alors qu'elle n'avait que quatre ans. Ils ne se baladeront plus tous les deux dans la garrigue et les vignes, ne cueilleront plus cèpes et girolles... Ils ne se retrouveront plus dans la Cave des Hautes Vignes dont elle hérite, où, tel un magicien, il alliait avec bonheur les cépages. Cet oncle tant aimé lui laisse une lettre bouleversante : elle lui révèle un passé déchirant mais lui tait le secret de ses origines. Qui est-elle donc alors ? Accompagnée de ses amis de toujours, de Nîmes à Sanary-sur-Mer, la jeune femme va devoir parcourir ce long chemin qui mène à la vérité.

MON AVIS :

Dany Rousson, la cinquantaine, habite dans le Languedoc-Roussillon. Passionnée de peinture et amoureuse de sa région, elle aime la décrire, y tisser des intrigues et créer des personnages plus vrais que nature. Son premier roman, Les genêts de Saint-Antonin, paru en 2014 aux éditions Les Nouveaux Auteurs, a remporté le Prix des Lectrices Femme Actuelle. En juin 2016, Les Presses de la Cité ont publié son nouveau roman, L’ensoleillée, que j’ai eu le plaisir de recevoir, accompagné d’une charmante dédicace de l’auteure.

Automne 1980. Tout le village de Saint-Côme, dans le Gard, est réuni pour rendre un dernier hommage à Grégoire Fabre, viticulteur aimé de tous. Clarisse, sa nièce, qui a grandi auprès de lui après la mort accidentelle de ses parents, se rend à la lecture du testament. La voici dorénavant propriétaire de la Cave des Hautes-Vignes, d'une petite maison à Sanary-sur-Mer et d'une mystérieuse lettre qui va bouleverser son existence… Bien décidée à faire la lumière sur les révélations qui l'accompagnent, elle se lance sur les traces de ses véritables origines.

Cap sur l’été avec ce roman plein de tendresse et d’amour, qui vous transportera dans la garrigue de Provence ! Entre histoire de famille et histoire d’amour, découvrez l’histoire passionnante de Clarisse, ses amis, ses amours et son incroyable et émouvante quête de vérité ! Servi par des paysages magnifiques et des personnages authentiques auxquels on s’attache facilement, on se laisse embarquer dans le roman de Dany Rousson avec un immense plaisir ! Une très bonne découverte !

L’ensoleillée est disponible chez Pocket depuis le 6 juillet.

Je remercie Dany Rousson ainsi que les éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2017

Gérard DELIGNY : Des nouvelles du Nord

book_152

Gérard DELIGNY, Des nouvelles du Nord.
76 pages.
Editions Nord Avril (30 mars 2015).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Voici un livre bien agréable à lire composé de textes écrits par Gérard Deligny et des peintures du même artiste, rassemblés sous le titre : Des nouvelles du Nord. L'auteur illustre lui-même ces pages avec notamment 20 peintures insérées.

Artiste-peintre reconnu, on aperçoit ses œuvres dans plusieurs films de cinéma dont Bienvenue chez les Chtis ! Gérard Deligny est aussi l'auteur-compositeur-interprète de plus de 350 chansons. Des Nouvelles du Nord est son sixième ouvrage.

MON AVIS :

Ce délicieux recueil de nouvelles pleines d’humour et de fantaisie se picore comme une friandise ! Entre Uxem, Cassel ou Bruges, c’est une bien jolie balade que nous offre l’auteur de ces petites nouvelles qui oscillent entre rêves et réalité…

C’est parfait pour s’aérer de l’intérieur, se détendre et tout oublier !

Posté par ingridfasquelle à 08:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juillet 2017

Valérie TONG CUONG : Par amour

71GAkdS70IL

Valérie TONG CUONG, Par amour..
407 pages.
Editions JC Lattès (25 janvier 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Pour protéger les siens des absurdités de la guerre, il ne reste parfois que l’énergie de l’amour et la force du sacrifice... Retraçant le destin de deux familles emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, cette fresque puissante, envoûtante, nous conduit du Havre à l’Algérie et met au jour un pan méconnu de notre Histoire.

MON AVIS :

« Par amour, n'importe quel humain peut se surpasser : on tient debout, pour l'autre plus encore que pour soi-même. »

Valérie Tong Cuong a publié dix romans, dont le très remarqué Atelier des miracles. Dans cette fresque envoûtante qui nous mène du Havre sous l'Occupation à l'Algérie, elle retrace les destinées hors du commun de gens ordinaires, dont les vies secrètes nous invitent dans la grande Histoire.

Par amour a été un véritable coup de cœur ! D’une part, il y a cette écriture magnifique, Valérie Tong Cuong s’exprime avec passion et clarté. Ses mots limpides, tout en émotion contenue, viennent comme autant d’arguments dire pourquoi l’auteure a choisi d’écrire sur ce sujets grave. Ils éclairent d’une lumière triste la tragédie d’une famille havraise sous l’Occupation et décrivent le calvaire d’une ville martyre, occupée par les Allemands, bombardée et pilonnée sans relâche par les Anglais.

Et puis, il y a ce souffle romanesque, comme on en trouve peu dans les romans d’auteurs français contemporains. Il y a l’histoire de cette guerre vue à hauteur d’enfant, mais aussi du point de vue de leurs parents, aux prises avec l’Occupation, les évacuations, les disparitions, la faim, les restrictions, la délation et cette peur intense qui toujours les tenaille...

Mais surtout, au-delà du courage et de l’abnégation, il y a l’amour. Cette énergie, cet élan vital qui permet aux membres de cette famille de tenir, de continuer à aller de l’avant dans une ville qui transpire la honte et la saleté. L’amour conjugal, l’amour filial, l’amour de son prochain, l’amour de la patrie, l’amour de la vie, tout simplement, qui permet de surpasser l’innommable et l’inhumain. Valérie Tong Cuong en fait un personnage à part entière de son roman.

« L’amour n’évite ni le chaos, ni les désastres, mais il éclaire lorsque tout s’effondre. L'amour se dessine comme le seul élément, la dernière richesse qu'aucun ennemi ne pourrait enlever à ceux qui luttent. Il est le terreau des plus belles récompenses et des plus grandes émotions. Par amour, n'importe quel être humain peut se surpasser. C'est ce que nous révèlent les personnages de ce roman. »

Par amour est un roman d’une puissante émotionnelle rare, un roman à la fois pudique, incroyablement beau et saisissant, qui se vit et imprime sa marque dans le cœur et l’esprit du lecteur. S’il est des livres à posséder dans sa bibliothèque, s’il est des livres qui font intimement partie de vous une fois lus, alors le roman de Valérie Tong Cuong fait définitivement partie de ceux-là !

Posté par ingridfasquelle à 08:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 juillet 2017

M.C. BEATON : Agatha Raisin enquête, tome 6 : Vacances tous risques

51Pj39OW2mL

M.C. BEATON, Agatha Raisin enquête, tome 6 : Vancances tous risques.
286 pages.
Editions Albin Michel (31 mai 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

God damned ! Voilà que James Lacey, le charmant voisin d'Agatha Raisin, a disparu ! Renonçant à lui passer la bague au doigt, comme il le lui avait promis. C'est mal connaître Agatha. Délaissant son village des Cotswolds pour Chypre, où James et elle avaient prévu de célébrer leur lune de miel, elle part sur les traces de l'élu de son cœur, bien décidée à lui remettre la main dessus ! Mais à peine l'a-t-elle retrouvé, pas le temps de s'expliquer : une touriste britannique est tuée sous leurs yeux. Fidèle à sa réputation, Agatha se lance dans l'enquête, quitte à laisser filer James, las de ses excentricités...

MON AVIS :

Née en 1936 à Glasgow, M.C. Beaton, après avoir été libraire puis critique de théâtre, journaliste et éditrice, a finalement pris la plume pour devenir un auteur à succès figurant en 2011 et 2012 en troisième position des auteurs les plus lus de Grande Bretagne. Elle est notamment l'auteur de de deux séries de romans policiers à succès, la saga des Hamish MacBeth et la série des Agatha Raisin qui a récemment fait l’objet d’une adaptation TV.

Si les premiers tomes de la série ont été plutôt bien accueillis par le public, séduit par l’humour british et le charme bucolique et pittoresque de la campagne anglaise, rien de semblable dans ce sixième tome qui se révèle même être le pire de la série ! Dans Vacances tous risques, c’est une Agatha en pleine déconfiture sentimentale (depuis son mariage raté et sa rupture avec James Lacey) que l’on retrouve à Chypre, où elle compte bien reconquérir l’élu de son cœur ! On y suit une sorte de jeu du chat et de la souris répétitif et épuisant, dans lequel le duo formé par Agatha et James a perdu, hélas, beaucoup de sa fraîcheur…

Comme dans les autres tomes, Agatha va bien entendu être témoin du meurtre d’une touriste, tenter d’élucider l’affaire et se retrouver en mauvaise posture, sauf que l’intrigue de cette comédie théâtrale repose essentiellement sur des quiproquos et des situations grivoises décevantes, pour ne pas dire grotesques ! Quant à l’enquête, on s'en désintéresse assez rapidement… Entre scènes de beuverie et coucheries à la va vite, il faut admettre que M.C. Beaton n’a rien imaginé de bien passionnant pour retenir l’intérêt de ses lecteurs ! Même le changement de décor, qui était supposé apporter un peu d’exotisme, ne sert finalement pas à grand-chose…

Après la lecture des deux derniers tomes publiés en France, on se demande si l’auteure n’a pas tout simplement épuisé ses ressources ! C’est dommage car les quatre premiers opus de sa série étaient vraiment divertissants et prometteurs…

Posté par ingridfasquelle à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2017

Adriana TRIGIANI : Lucia, Lucia

91dURBPkvnL

Adriana TRIGIANI, Lucia, Lucia.
304 pages.
Editions Charleston (7 juin 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

New York, 1950. À vingt-cinq ans, Lucia Sartori est certainement la plus jolie fille du quartier. L'après-guerre a ouvert de nombreuses possibilités aux jeunes femmes ambitieuses, et Lucia vient de commencer comme apprentie couturière au très chic grand magasin B. Altman sur la 5e Avenue. Son père, qui a brillamment réussi dans les affaires et tient l'épicerie fine italienne la plus réputée, l'a toujours encouragée dans ses ambitions, mais les traditions sont tenaces... Fiancée à son amour d'enfant, l'inébranlable Dante DeMartino, Lucia est déchirée lorsqu'elle rencontre un bel inconnu qui lui promet une vie de luxe dans les beaux quartiers, une vie comme elle n'en lit que dans les magazines. Forcée de choisir entre sa famille et ses rêves, Lucia se retrouve au centre d'un scandale qui révélera des secrets enfouis. L'honneur des Sartori est en jeu...

« Cette histoire réconfortante vous offre une merveilleuse leçon sur la façon de prendre des risques dans la vie comme dans l'amour. »

MON AVIS :

Adriana Trigiani est une grande romancière américaine d'origine italienne. Ses romans ont été publiés dans le monde entier (36 pays). Elle a reçu de nombreux prix. La quatrième de couverture de son nouveau roman, Lucia, Lucia, publié aux éditions Charleston depuis le 7 juin dernier, promettait une histoire captivante, un scandale et des secrets enfouis, je n’ai pas été déçue !

Plus que le scandale dans lequel Lucia a été entraîné malgré elle, j’ai été complètement envoûtée par son ambition, sa détermination à mener sa vie comme elle l’entend, malgré le poids de traditions familiales tenaces.

Lucia est, à mon avis, l’héroïne de roman à laquelle toutes les femmes s’identifieront ! Fière, forte, indépendante et moderne, cette apprentie couturière à l’élégance folle, paiera au prix fort ses rêves de réussite... Dans le Greenwich Village en plein bouleversement des années 1950, la jeune femme devra faire preuve de ténacité et d’obstination pour imposer ses choix et écrire son propre destin !

« Je veux travailler comme un homme. Personne ne le dit en ces termes, mais c'est la vérité. C'est mon rêve. Quand je repense à tout ce que je viens de vivre, ma vie professionnelle est la seule chose qui ne m'a jamais déçue. »

Mais même trahie, Lucia le sait, elle pourra toujours compter sur l’amour inconditionnel et le soutien de ses proches pour la réconforter, panser ses blessures et laver son honneur ! Les liens qu’entretiennent en effet les Sartori sont de ceux qui permettent de surmonter tous les affronts !

On s’attache très vite aux personnages de ce roman émouvant sur les sentiments, la famille et les choix qui nous façonnent ! La question de l’émancipation des femmes y est cruciale et si la vie de Lucia n’est finalement pas le conte de fée qu’elle espérait, on ne retiendra de ses peines et de ses guerres quotidiennes que les moments heureux que l’amitié et l’amour des siens lui procurent ! C’est passionnant !

Je remercie les éditions Charleston de leur confiance.

Posté par ingridfasquelle à 20:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :