71DHzNmFU2L

Annie DEGROOTE, La kermesse du diable.
443 pages.
Editions Presses de la Cité (24 janvier 2019).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Tout semble signe de bonheur à la jeune Renelde en ce jour de mai 1657. Elle quitte enfin le couvent des Ursulines de Lille. Les Van Eyck, brasseurs établis au coeur de la cité, l'ont élevée dans l'honorabilité, la richesse. Et une certaine liberté... Jusqu'à son mariage arrangé avec un noble désargenté qui lui fera vivre l'enfer. Avec courage et obstination, Renelde décide alors de prendre son destin en main. Elle crée une « chambre de dentelle » pour orphelines, espérant trouver la sérénité auprès de ses apprenties dentellières.

Mais elle croise le regard de l'étrange monsieur Grégoire, soupçonné d'hérésie...
Chasse aux sorcières, peur de Satan, idylles interdites, les événements vont se précipiter lors d'une infernale semaine pascale, tandis qu'à Lille, capitale des Flandres, la kermesse se prépare...

MON AVIS :

D'ouvrage en ouvrage, Annie Degroote est devenue une auteure et une personnalité du Nord de premier plan. Originaire des Flandres, elle a notamment publié aux Presses de la Cité Un palais dans les dunes, La Splendeur des Vaneyck et Nocturne pour Stanislas, hommages à l'histoire et aux traditions des Flandres et du Nord. Plusieurs de ses romans ont été couronnés par des prix littéraires.

Nouvelle édition de son premier roman à avoir été publié aux éditions Presses de la Cité en 1993, La kermesse du diable est un roman historique passionnant qui retrace l’existence tumultueuse d’une dentellière en avance sur son temps, qui lutte pour sa liberté et son indépendance. Alors que les troupes de Louis XIV assiègent Lille, que la peste et la peur de Satan font des ravages, commence pour Renelde une véritable chasse aux sorcières. Courageuse et déterminée, cette fille des Flandres qui aura connu l’isolement du couvent et vécu l’enfer d’un mariage auprès d’un mari qui la répugne, se verra contrainte de fuir vers une terre de tolérance…

Parfaitement documenté, dense en événements, le roman d’Annie Degroote est construit comme une route initiatique vers la liberté. Le récit de cette semaine sainte infernale sera à la fois pour Renelde un chemin de croix autant qu’une quête du Graal. On y sent tout l’attachement d’Annie Degroote pour l’Histoire et les traditions de sa région, un bel hommage qui se poursuit dans Le cœur en Flandres, second volet des aventures de Renelde.

Je remercie les éditions Presses de la Cité et la plateforme NetGalley de leur confiance.