91AxwuBhZeL

Fabrice Colin, Rester debout.
320 pages.
Editions Albin Michel/ Litt' (28 mars 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

La vie est belle à Nice, au début des années trente… Entre l’école, les amies, une mère qu’elle chérit par-dessus tout et les sorties dans la nature en compagnies des Eclaireuses, Simone est heureuse. Hélas ! Au-dessus de la promenade des Anglais, des nuages déjà s’amoncellent…

Rester debout, c’est l’histoire vraie d’une jeune fille promise à un destin incroyable : déportée à 16 ans, rescapée et orpheline à 17, la future Simone Veil va montrer des capacités de résilience hors du commun et décider de vivre encore plus fort…

MON AVIS :

Auteur pour adultes et pour la jeunesse, Fabrice Colin S’est d’abord fait connaître par ses textes relevant de littératures de l’imaginaire avant de tourner vers le thriller et la littérature générale. On lui doit également plusieurs scénarios de bande dessinée et des récits radiophoniques pour Radio France. Côté journalisme, il collabore au Canard Enchaîné et au Nouveau Magazine Littéraire.

Maintes fois primés, ses romans livrent de puissants récits nous invitant à sonder nos peurs et nos manques, nos espoirs et nos fantasmes. Histoires familiales, rêves inavoués, secrets grandioses : son œuvre mêle souvent le rêve à la tragédie, l’émotion à la drôlerie. Dans La poupée de Kafka, l’un de ses derniers romans pour adultes, une vieille femme, passée par le camp d’Auschwitz-Birkenau, se penche sur son passé en miettes. Cette vieille femme-là n’a jamais existé.

Si Rester debout est l'histoire de Simone Veil, son roman est avant tout une œuvre de fiction à destination des adolescents à partir de 13 ans. Fabrice Colin s’est en effet appuyé sur une documentation aussi rigoureuse que possible pour retracer le récit d’une enfance qui, malgré la crise et les préjugés, commence sous le signe de l’harmonie familiale, mais les paroles qu’il a prêtées à Simone Veil, ses pensées même, relèvent de sa seule imagination, guidées autant par le contexte que par son intuition romanesque.

Loin de déranger, ce procédé permet aux lecteurs de (re)découvrir le destin exceptionnel de Simone Veil sous un tout autre éclairage. Alors qu’elle passe d’une enfance tendre, heureuse et protégée à l’horreur des camps de concentration, la jeune Simone va puiser en elle une incroyable force de résilience et la détermination qui lui permettront de survivre à l’indicible. À la fois véhémente et sereine, mais surtout définitivement libre, la jeune femme se sait désormais prête à mener d’autres combats. La justice, les droits des femmes, l’Europe, le devoir de mémoire, la dignité humaine, en cinq décennies de réflexions et de combats, Simone Veil contribuera plus qu’aucune autre à changer la France, à la moderniser et à l’ouvrir…

Après avoir lu le roman de Fabrice Colin, on comprend mieux pourquoi sa popularité, pourquoi sa « cote d’amour » auprès des Français reste aussi inaltérable et transcende les clivages politiques et idéologiques. Que cette jeune niçoise rescapée d’Auschwitz, devenue mère de trois enfants, accède aux plus hautes fonctions, ne doit absolument rien au hasard. La force, le courage et la détermination de Simone Veil forcent tout simplement le respect.

« Alors que certains semblent bénis par l’existence, d’autres ploient sous le joug d’un destin contraire. Simone Veil née Jacob a fait de sa malédiction une grâce. »

L’idée d’extraire de son incroyable parcours quelques passages qui pourront être regardés comme pédagogiques vis-à-vis de la jeunesse d’aujourd’hui était un véritable tour de force que Fabrice Colin a tout à fait su relever.

Une lecture indispensable, autant qu’une belle leçon de courage et d’espoir.