91T1mGfI0UL

M.C. BEATON : Agatha raisin enquête, tome 12 : Crime et déluge.
324 pages.
Editions Albin Michel (13 juin 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Le bonheur conjugal est de courte durée pour Agatha, une fois de plus délaissée par son mari. Punition divine, un véritable déluge s'abat sur la région, plongeant le petit village de Carsley sous les eaux. C'est le moral dans les chaussettes et sous une pluie torrentielle qu'Agatha aperçoit le corps sans vie d'une jeune femme en robe de mariée, un bouquet à la main, flottant dans la rivière. Pour noyer son chagrin, Agatha n'a qu'une solution : se jeter à corps perdu dans une nouvelle enquête.

MON AVIS :

Avec plus de 450.000 exemplaires vendus, on ne présente plus Agatha Raisin, l'héritière très spirituelle de Miss Marple version rock. En trois ans seulement, l’héroïne de M.C. Beaton a su imposer sa personnalité loufoque et irrésistible sur les rayons des librairies de l’Hexagone et les lecteurs en redemandent ! Toujours plus nombreux et impatients de retrouver leur détective favorite dans des enquêtes rocambolesques, on peut désormais parler d'un véritable phénomène « Agatha Raisin ».  

Pourtant, il faut l’avouer, les enquêtes d'Agatha sont parfois décevantes : comme dans Vacances tous risques, lorsque notre quinqua sans scrupule était en vacances à Chypre ou plus récemment, dans L’enfer de l’amour, lorsqu’on la retrouvait en pleine déconfiture sentimentale, délaissée par un James Lacey, à qui elle avait pourtant réussi, envers et contre tout, à passer la bague au doigt.

Sans qu'on se l'explique véritablement, on se surprend pourtant à retomber sous le charme d'Agatha au moment où on s'y attend le moins ! C’est exactement ce qui s’est passé pour moi avec Crime et déluge, que j’ai lu au plus fort de la canicule de l’été 2018. Peut-être est-ce justement cette pluie torrentielle qui s’abat sur le petit village de Carsley qui m’a rafraîchie ? J’ai beau réfléchir, je ne saurais trouver de raison précise justifiant que cette fois, entre Agatha et moi, l’alchimie s’est produite.  

Pourtant, le schéma narratif est toujours le même. On ne peut pas affirmer que M.C. Beaton ait cherché à innover ou à introduire dans son récit des éléments nouveaux visant à relancer une série en perte de vitesse. Toujours est-il que cette enquête les pieds dans l’eau fonctionne davantage que la précédente. Plus rythmée, plus incisive, elle m’a tout simplement tenue en haleine du début à la fin.

Grâce à cette nouvelle comédie policière distrayante et réussie, M.C. Beaton, dont je craignais qu’elle n’ait finalement épuisé ses ressources, semble avoir retrouvé la forme ! J’ai déjà hâte de retrouver son héroïne dans les deux prochaines enquêtes à paraître en octobre prochain !