71WNl62wcnL

Hubert de MAXIMY, Ariane et Juliette.
368 pages.
Editions Presses de la Cité (14 juin 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Ce jour de rentrée 1917, elle est arrivée à l'institution Sainte-Jeanne. A bientôt quinze ans, Juliette a dû quitter sa mère, son quartier minier de Saint-Etienne, pour poursuivre ses études. D’emblée, l’adolescente se sait différente de ces jeunes collégiennes « bien nées » qui se vouvoient, elle qui, il y a peu, travaillait dans la sueur, la poussière et le charbon au tri de la mine. Pourquoi a-t-elle été inscrite dans cet établissement prestigieux ? « Une chance » a dit sa mère, laconique.

Ariane, en revanche, est heureuse à Sainte-Jeanne, malgré la mort récente de son père, au front. Ce deuil, même si elle le mesure mal, va bouleverser sa vie et celle des siens.

L’isolement de l’une, le deuil de l’autre, et la guerre, omniprésente. Au fil des mois, Juliette, l’écorchée vive, et Ariane, l’orpheline nantie, s’apprivoisent et se lient d’amitié.

Au-delà de leurs différences, quel lien secret les unit ?

MON AVIS :

Producteur et réalisateur de documentaires, Hubert de Maximy a notamment publié aux éditions l'Archipel la trilogie rurale Le Bâtard du bois noir, La Revanche du bâtard et La Fille du bâtard (2008 à 2011). Il est l'auteur aux Presses de la Cité du Destin d'Honorine, prix Paul Féval 2011 de la Société des Gens de Lettres, d'Alice la flamboyante, de Pierre, maître de dentelle et d'Olympe.

Adolescente introvertie, Juliette a quitté son village minier et sa mère pour suivre ses études. Toujours sur ses gardes, mal à l'aise, elle ne comprend rien aux conversations blasées et superficielles des élèves « bien nées » qui se vouvoient. Aussi s'efforce-t-elle de passer inaperçue. Ce monde tranche tellement avec le sien ! Elle qui travaillait avec sa mère au tri dans la mine où elle a vécu tant d'expériences, des traumatismes même, où elle côtoyait de près l'univers rude des mineurs, comment a-t-elle pu être inscrite dans ce prestigieux établissement ?

Ariane, quatorze ans également, affiche, elle, l'assurance des enfants de son milieu. Elle retrouve ses amies, ses habitudes. C'est juste une rentrée de plus pour elle, malgré tout endeuillée par la disparition de son père, mort pour la France dans la Somme.

Au fil des mois, l’auteur raconte les destins croisés de ces deux jeunes filles si différentes l’une de l’autre, qui s'apprivoisent et se lient d'amitié. Chacune à leur façon, elles vont tenter de surmonter l'absence de figure paternelle qui pèse tant dans leur quotidien. Car pour Ariane comme pour Juliette, leur père est resté un mystère… et ni l’une ni l’autre ne se doute un seul instant que leur quête va exhumer un secret et des vérités dérangeantes que certains voudraient voir à jamais enterrées...

Ariane et Juliette est une histoire émouvante, riche en émotions, avec juste ce qu’il faut de détails et de rigueur historiques pour passionner les lecteurs occasionnels comme les plus réguliers. Même si on devine assez vite le secret qui unit les deux adolescentes, il n’en demeure pas moins que l’on ne peut que s’attendrir et s’émouvoir de la façon dont les deux jeunes protagonistes vont s’affranchir des conventions sociales et de la morale de l’époque pour finalement s’accommoder de ce que la vie leur avait injustement réservé… Un bel exemple de courage et d’émancipation féminine, qu’il fera bon lire cet été, pour vibrer et tout oublier des plages bondées et surchauffées !

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance.