A1I1r8GEp5L

Fioly BOCCA, Une seconde d'éternité.
176 pages.
Editions Denoël (12 octobre 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Turin, de nos jours. Tous les soirs, dans son petit appartement, Anita s'installe devant son ordinateur pour envoyer un mail à sa mère restée dans sa région natale des Dolomites. Anita lui raconte son quotidien merveilleux, les préparatifs pour son futur mariage, lui parle de son travail dans lequel elle s'épanouit quotidiennement.

Et pourtant... La réalité est tout autre, car Anita raconte mensonge sur mensonge pour épargner sa mère gravement malade : elle lui cache que son travail dans une agence littéraire ne lui plaît pas du tout, et que son fiancé Tancredi est peu attentif, absent et refuse de s'engager. Ce fragile château de cartes s'effondre lorsqu'elle croise le regard d'Arun, un inconnu dont les yeux profonds percent la façade qu'Anita avait construite.

Qui est cet homme doux et rêveur qui aime la mer en hiver ? Anita, qui voudrait le tenir à distance, se sent irrésistiblement attirée vers lui...

MON AVIS :

Fioly Bocca vit dans les collines du Montferrat avec ses deux enfants. Une seconde d'éternité est son premier roman. Il est en cours de traduction dans une dizaine de pays.

Roman poignant sur le deuil, Une seconde d’éternité se double d’une magnifique histoire d’amour et de reconstruction de soi après la perte d’un être cher. Les émotions brutes de ce court roman délicat et sensible essorent dans un premier temps le cœur du lecteur puis exalte la volonté de surmonter le malheur et le chagrin pour répondre à l’appel, joyeux, de la vie.

Un très beau texte, universel et bouleversant, à lire d’une traite pour encore plus d’émotion !