Béatrice Bottet_Penelope Green, tome 1_La chanson des enfants perdus

Béatrice BOTTET, Penelope Green, tome 1, La chanson des enfants perdus.
311 pages.
Editions Casterman (14 septembre 2011).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Londres, années 1880, James Alec Green, journaliste au Early Morning News, meurt après être tombé dans les eaux glacées de la Tamise au cours de l'une de ses enquêtes. Mais au préalable, il a fait le nécessaire pour que sa fille unique, Penelope, 17 ans, puisse vivre seule en toute indépendance et sans soucis financiers. Il lui a aussi légué la passion du journalisme. Afin de faire ses preuves, Penelope choisit d'enquêter sur un dossier mystérieux qui semblait beaucoup préoccuper son père: l'affaire du 21 Foxglove Court.

MON AVIS :

Béatrice Bottet, professeur passionnée par l'Histoire et ses péripéties, s'inspire de l'Angleterre victorienne pour situer le premier tome de sa nouvelle série jeunesse.

Dans La chanson des enfants perdus, les jeunes lecteurs avides d'aventure et de danger seront plongés dans une mystérieuse affaire de crime et de disparitions d'enfants à la suite de Penelope Green, une apprentie reporter de dix-sept ans. Quel terrible secret va-t-elle découvrir dans les bas-fonds de Londres ? C'est tout l'objet de ce premier tome haletant dans lequel Penelope mène l'enquête tambour battant !

Difficile de ne pas tomber sous le charme de Penelope Green ! Dès les premières pages, on s'attache tout de suite à cette jeune fille fraîche et ingénue, tout à fait représentative des jeunes personnes de son époque. Mais sous son apparente pudeur, la demoiselle cache en vérité un caractère bien trempé ! Volontaire, tenace, libre d'esprit et farouchement indépendante, Penelope ne s'en laisse pas conter ! Au mépris des convenances et des règles de bienséance dictées par l'époque, c'est sans hésiter qu'elle reprend l'affaire du 21 Foxglove Court, un dossier troublant qui semblait beaucoup intriguer son défunt père...

Malgré son manque évident d'expérience et de discernement (n'oublions tout de même pas que Penelope n'a que dix-sept ans !), la belle compense allègrement par sa détermination, son courage et sa vitalité ! Parce qu'elle a la candeur de son âge, Penelope Green est une héroïne touchante, humaine et surtout crédible, à laquelle on ne peut que s'attacher !

Si la personnalité de Penelope est pour beaucoup dans le roman de Béatrice Bottet, l'atmosphère de Londres et de ses quartiers insalubres captivent également le lecteur. Transporté dans les bas-fonds crasseux de l'East End, on découvre avec stupeur les conditions de vie des plus misérables. Dans une intrigue pleine de suspense et de rebondissements, c'est un portrait saisissant de réalisme que Béatrice Bottet offre à ses lecteurs. On y arpente les venelles sombres et mal famées, on y rencontre ce qu'il faut de filles perdues abandonnées à leur sort, d'ivrognes imbibés de gin et de voyous prêts à tout pour délester le chaland de ses espèces sonnantes et trébuchantes. Enfin, l'enquête des enfants perdus captive par sa noirceur et son côté inquiétant ! On suivra avec beaucoup d'intérêt les pérégrinations de Penelope dans ces quartiers sombres où le danger et la mort rôdent à chaque coin de rue... Dans un luxe de détails sordides, l'auteure laisse éclater une vérité aussi sombre que les quartiers dans lesquels son intrigue se déroule ! C'est glauque, dérangeant, inquiétant... En un mot, angoissant ! A n'en point douter, les lecteurs les plus sensibles en auront la chair de poule !

Alliant une plume alerte à une histoire inspirée, c'est une Béatrice Bottet en très grande forme que l'on retrouve après les succès retentissants de ses précédentes séries (Rose-Aimée et Le grimoire au rubis) ! Le premier tome de sa saga Penelope Green est tout à fait passionnant ! On se réjouit d'ores et déjà de retrouver ce Phileas Fogg en jupon dans sa prochaine aventure outre-Atlantique !

A partir de 12 ans.

J'ai lu ce titre dans le cadre de la 8ème édition du challenge Livra'Deux pour PAL Addict.