61Tl3qJzV0L

Renée ROSEN : Park Avenue Summer.
416 pages.
Editions Le Cercle/Belfond (4 juin 2020).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

1965. Alice, vingt ans, quitte son Ohio natal pour tenter sa chance à New-York et devenir photographe. Arrivée dans la grande ville, elle ne tarde pas à déchanter et accepte le seul emploi qu’on lui propose : assistante de la nouvelle rédactrice en chef au Cosmopolitan, Helen Gurley Brown.

Icône du féminisme, militante pour les droits des femmes, cette dernière n’a pas que des amis dans le milieu de la presse et de l’édition américaines. Alice, fascinée par sa patronne, ne pas tarder à s’en rendre compte…

Une femme peut tout exiger ! Une femme peut tout oser ! C’est le message qu’Helen Gurley Brown veut répandre auprès de ses compatriotes. Avec l’aide d’Alice, elle se lance dans l’arène, bousculant figures patriarcales et bonne morale puritaine…

Dans le New-York de 1965, une jeune apprentie s’apprête à participer à la révolution de la presse féminine. L’heure est venue de guider les femmes sur le chemin de l’émancipation. Ode à la féminité et à l’affirmation de soi, un roman d’apprentissage inspirant.

MON AVIS :

Après une enfance passée dans l'Ohio, Renée Rosen est diplômée de l'American University de Washington. Auteure de plusieurs fictions historiques, Park Avenue Summer est son premier roman à paraître en France. Elle vit à Chicago.

Ode à la féminité et à l’affirmation de soi, Park Avenue Summer est un roman d’apprentissage inspirant et savoureux, pour toutes les générations de lectrices. Souvent comparé au best-seller de Lauren Weisberger, Le Diable s’habille en Prada, cette comédie new-yorkaise effervescente et très glamour sur le monde de l’édition et la presse féminine américaines est absolument irrésistible ! On y croise autant d’icônes que de top-models et de marques de haute couture qui ont fait les belles heures des sixties. Mais c’est surtout un roman délicieux et plein d’humour qui encourage les femmes à s’affirmer, à s’émanciper du modèle patriarcal pour vivre pleinement leur féminité et leurs désirs.

Le rythme y est endiablé, les dialogues pétillants mais ce sont avant tout les personnages d’Helen Gurley Brown et Alice Weiss qui propulsent le roman de Renée Rosen dans une tout autre dimension. Même si celui d’Alice est un personnage totalement fictif, l’auteure s’en est servi à merveille pour raconter la véritable histoire d’Helen Gurley Brown et les profonds changements que celle-ci a initiés à ses débuts en tant que rédactrice en chef très inexpérimentée du magazine Cosmopolitan.

Dans cet univers peuplé de langues de vipères, la bonne morale puritaine ne saurait être transgressée. Mais une femme peut tout exiger et tout oser ! Malgré son peu d’expérience journalistique et éditoriale et une apparente et touchante fragilité, Helen Brown va sortir ses griffes, affronter les résistances des vieux cadres dirigeants et redonner un second souffle à un magazine féminin devenu plan-plan et bien trop comme il faut ! Au diable l’excès de pudeur et la pudibonderie d’un autre temps ! Helen va guider les femmes sur le chemin de l’émancipation et contribuer à libérer toute une génération de femmes de leur culpabilité et de leurs complexes sexuels ! Et croyez-moi, sa détermination farouche est un exemple pour toutes les femmes ! L’énergie et la stratégie qu’elle déploie pour parvenir à ses fins va vous inspirer et vous faire pousser des ailes ! Bien plus qu’un énième et banal roman de chick-lit, Park Avenue Summer est un fantastique roman d’empowerment, particulièrement stimulant et mobilisateur !

Émotion et grain de folie sont au rendez-vous de ce roman jubilatoire et déluré ! Park Avenue Summer produit le même effet sur la grisaille qu’un comprimé de vitamines C dans un verre d’eau ! C’est un livre pétillant, divertissant et très addictif que je recommande chaudement pour oublier les tracas du quotidien et les petits coups de déprime !

Je remercie les éditions Belfond de leur confiance.