81fQ2KTSdVL

M.C. BEATON : Agatha Raisin enquête, tome 16 : Jamais deux sans trois.
306 pages.
Editions Albin Michel (27 février 2019).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Lasse de courir après des chats et des chiens égarés, Agatha accepte la sollicitation d'un certain Robert Smedley : cet homme fortuné est persuadé que son épouse le trompe. Rien de plus tentant pour notre extravagante Agatha que de coincer la jeune, jolie et très dévote Mrs Smedley, un peu trop parfaite pour être honnête. Mais c'était compter sans une autre affaire de disparition qui lui tombe sur le coin du nez. Jamais deux sans trois ?

Avec plus de 800 000 exemplaires vendus, Agatha Raisin, l'héritière très spirituelle de Miss Marple version rock, a imposé sa personnalité loufoque et irrésistible. Vous reprendrez bien un peu de Worcestershire sauce dans votre thé ?

« C'est comme si la célèbre détective d'Agatha Christie avait rajeuni, adopté des moeurs de cougar, un humour caustique, et mangé de la vache folle. On est en Angleterre... C'est un régal. » Le Point

MON AVIS :

Avec plus de 800.000 exemplaires vendus, on ne présente plus Agatha Raisin, l'héritière très spirituelle de Miss Marple version rock. En seulement quelques années, l’héroïne de M.C. Beaton a su imposer sa personnalité loufoque et irrésistible sur les rayons des librairies de l’Hexagone et les lecteurs en redemandent. Ils sont toujours plus nombreux et impatients de retrouver leur détective favorite dans des enquêtes toujours plus rocambolesques ! On peut désormais parler d'un véritable phénomène « Agatha Raisin ».

Pourtant, il faut bien avouer que les enquêtes d'Agatha sont parfois inégales et décevantes. On se souvient notamment de ses vacances à Chypre dans Vacances tous risques, de ses nombreuses déceptions amoureuses, ou plus récemment dans Chantage au presbytère où Agatha, complètement larguée par James Lacey, apparaissait le cœur et l’égo en miettes…

Malgré tout, on se surprend à toujours retomber sous le charme irrésistible et l’impertinence d’Agatha ! Il faut dire que M.C. Beaton sait parfaitement comment retomber sur ses pattes ! En faisant constamment évoluer ses personnages (les principaux comme les plus secondaires) et en introduisant sans cesse des éléments nouveaux pour pimenter son récit, elle parvient, même après 15 tomes, à piquer la curiosité de ses lecteurs !

Désormais à la tête d’une agence de détectives, Agatha Raisin peut enfin sortir de son rôle d’amateure et résoudre de vraies affaires ! L’intrigue de ce seizième tome n’en est que plus intéressante !

Bien rythmée, plus plausible, avec toujours cette touche d’humour vache qu’on adore, Jamais deux sans trois est une comédie policière réussie et distrayante ! On se réjouit de retrouver Agatha dans une prochaine enquête !