61rMHP0PMjL

Michel BUSSI, Nymphéas Noirs.
492 pages.
Editions Pocket (5 septembre 2013).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Le jour paraît sur Giverny.

Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes... Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l'une, les yeux couleur nymphéa, rêve d'amour et d'évasion ; l'autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d'un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé...

« On finit totalement emballé, le cœur un peu serré... Vraiment, génial ! » Ouest France

« Passé et présent se superposent et c'est peu dire que l'on passe par toutes les couleurs... » Marie France

Ce roman a reçu cinq prix littéraires en 2011 :

Prix Polar méditerranéen,

Prix Polar Michel Lebrun de la 25e Heure du Livre du Mans,

Prix des lecteurs du Festival Polar de Cognac,

Grand Prix Gustave Flaubert,

Prix Goutte de Sang d'encre de Vienne

MON AVIS :

Si vous aimez les policiers pas trop sanglants ni malsains ou plus simplement les romans à suspense renversants, avec des intrigues intelligentes et bien menées, sans nul doute vous aimerez Nymphéas noirs de Michel Bussi.

Tout à la fois énigme, jeu littéraire ou bien encore réflexion sur le destin, ce roman, qui commence de manière très classique par un meurtre, s’éloigne bien vite des codes du genre pour emmener le lecteur dans un véritable et inextricable jeu de pistes où l’auteur se joue de toutes les certitudes…

"Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir... "

C’est étonnant, c’est audacieux mais c’est aussi malheureusement beaucoup trop déstabilisant et beaucoup irréaliste pour mon esprit cartésien ! C’est dommage car j’espérais bien que ce roman de Michel Bussi me réconcilie avec sa plume et sa façon très particulière d’aborder le roman à suspense…