51XD4R9O1mL

Hiro ARIKAWA, Les mémoires d'un chat.
336 pages.
Editions Actes Sud (7 juin 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Un chat de gouttière au franc-parler et rompu au langage des humains a pris ses quartiers dans le parking d'un immeuble de Tokyo. Pour rien au monde il ne troquerait sa liberté contre le confort d'un foyer. Mais le jour où une voiture le percute, il est contraint d'accepter l'aide de Satoru, un locataire de l'immeuble, qui le soigne, lui attribue un nom - Nana - et lui offre la perspective d'une cohabitation durable.

Cinq ans plus tard, des circonstances imprévues obligent Satoru à se séparer de Nana. Anxieux de lui trouver un bon maître, il se tourne vers d'anciens camarades d'études, disséminés aux quatre coins du Japon. Commence alors pour les deux compères une série de voyages et de retrouvailles qui sont pour Nana autant d'occasions de découvrir le passé de Satoru et de nous révéler - à sa manière féline - maints aspects de la société japonaise.

Prenant et surprenant, profond et plein d'humour, Les Mémoires d'un chat est un beau roman sur l'adoption, l'amitié, et la force des liens qui unissent l'homme et l'animal.

MON AVIS :

Un changement dans la vie de Satoru fait qu'il doit se séparer de Nana, son chat adoré. Débute alors une série de voyages chez des amis d’enfance, aux quatre coins du Japon, pour lui trouver un nouveau foyer. Mais le rusé matou, narrateur de ce savoureux roman, ne l’entend pas de cette oreille : il fera tout pour rester avec Satoru et prolonger l’aventure…

Ce surprenant et facétieux road-trip à la nippone, plein d’humour et de fantaisie, permet au lecteur de découvrir maints aspects de la société japonaise. L’immersion y est totale et vraiment dépaysante mais c’est avant tout un très beau et très émouvant roman sur l’amitié et l’adoption animale, une magnifique histoire d’amour entre un homme et son chat.

Avec énormément de pudeur et de délicatesse, Hiro Arikawa montre la force des liens qui unissent un l’homme et l’animal. Elle décrit les multiples bienfaits qui existent à partager son quotidien avec un animal. Au fil des pages et des événements, parfois dramatiques, qui ont jalonné la vie de Satoru, on prend conscience du rôle fondamental de l’animal qui, tour à tour, soigne, console, apaise, éduque, fédère... Grâce à Nana, les humains se rencontrent, se revoient, se réconcilient et/ou se retrouvent. À son contact, chacun se sent meilleur, c’est un véritable plaidoyer en faveur de la cause animale !

C’est un roman bouleversant de tendresse et d’humanité qui, on l’espère, permettra de réveiller les consciences et de faire évoluer les comportements irrespectueux envers les animaux ! Une pépite à mettre entre les mains du plus grand nombre, qu’ils soient « dingues des chats » ou pas !