817d3bQUdPL

Dorothy KOOMSON, Les pétales de sang.
715 pages.
Editions Charleston (9 janvier 2019).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Tami pensait avoir une famille parfaite. Jusqu'à ce soir tragique où la jeune femme, impuissante, voit son mari Scott se faire menotter sous les yeux de leurs deux fillettes terrifiées. Le choc est total : Scott est accusé d'un acte odieux, impensable. Et c'est sa meilleure amie Mirabelle qui a porté plainte.

Qui croire ? L'homme qu'elle aime depuis toujours, le père de ses enfants ? Ou celle en qui elle plaçait une confiance aveugle, sa presque sœur ?

Alors que Scott nie tout en bloc et que Mirabelle fuit les explications, Tami enquête.

Et bientôt, le passé trouble de Mirabelle se dévoile... Mais aussi les nombreux secrets que Scott dissimule depuis tant d'années.

Il est des vérités plus difficiles à supporter que le mensonge. Et si le pire, pour Tami et les siens, était à venir ?

MON AVIS :

Dorothy Koomson est originaire du sud de Londres. Son diplôme en poche, elle publie de nombreux articles pour des magazines féminins comme New Woman ou Marie-Claire et des journaux tels que The Independent on Sunday, The Guardian ou Ms London. Sa carrière de romancière commence en 2001, avec The Cupid Effect, qui sera son premier succès en Angleterre. Après le succès de La Fille de ma meilleure amie (2007 ; J'ai Lu, 2008), Un nouveau départ (2008) et L'Ombre de l'autre femme (2013), Les Pétales de sang est le quatrième roman de Dorothy Koomson à paraître d’abord chez Belfond en 2015, puis depuis le début de cette année en format Poche chez Charleston.

Le roman de Dorothy Koomson avait tout pour me séduire. Une couverture originale, une jolie présentation et surtout, une quatrième de couverture et des avis dithyrambiques qui laissaient présager un suspense digne des meilleurs thrillers psychologiques.

Hélas, à défaut d’être bluffée par une intrigue au suspense haletant, je n’ai trouvé qu’un long thriller romantique tortueux, une histoire finalement banale de tourmente judiciaire et d’épouse trahie, mêlant au petit bonheur de vieilles thématiques éculées, supposées faire le bonheur d’un lectorat féminin : amitié bafouée, jalousie, couple à la dérive, sexualité déviante, harcèlement… Rien de nouveau, surtout dans la façon dont Dorothy Koomson les exploite !

Son intrigue, semée de nombreux passages sans grand intérêt, peine à progresser. Organisée en différents récits choraux, elle donne l’impression de suivre les embrouilles de personnages pitoyables qui ressassent et déclinent le malheur et le désastre de leur vie sur tous les tons. En clair, on s’ennuie.

Quant au dénouement, n’attendez pas non plus de miracles, il est à l’image même du roman de Dorothy Koomson, c’est-à-dire frustrant.

Un thriller long et décevant, une lecture totalement dispensable.

Je remercie néanmoins les éditions Charleston de leur confiance.