couv47064124

Karine LEBERT, Les amants de l'été 44, tome 2 : Pour l'amour de Lauren.
416 pages.
Editions Presses de la Cité (17 janvier 2019).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Entre la Normandie et la Louisiane, portraits croisés de deux femmes audacieuses en terre inconnue. L'une, américaine, cherche à remonter le fil de sa généalogie et enquête sur sa grand-mère maternelle française, une war bride, qui a tout quitté par amour...
Par l'auteur des Amants de l'été 44.

Au nom de la vérité, Gemma, New-Yorkaise, a fait voler en éclats son quotidien trépidant de femme d'affaires. Sous le charme de la Normandie, elle part depuis Honfleur sur les traces de son aïeule, Philippine, cinquante ans après, grâce à ceux qui l'ont connue. Par amour, celle-ci a tout quitté, sa famille, sa Normandie. Pour Ethan, un beau GI rencontré à l'été 1944, Philippine a rejoint sa belle-famille en Louisiane. Passé le choc de la découverte du Nouveau Monde, le bonheur s'offrira-t-il à la jeune exilée, mariée, enceinte, loin des traditions de son pays natal ?

Gemma veut savoir : quelle était la vie de Philippine, là-bas, à La Nouvelle-Orléans ? Pourquoi est-elle rentrée en France ? Seule ?...

Entre deux continents, deux époques, portraits croisés de deux femmes entières qui vibrent à l'unisson. Pour l'amour d'une petite fille, Lauren...

MON AVIS :

Née dans l'Orne, dont les paysages inspirent le décor de ses romans, Karine Lebert a été journaliste à Paris Normandie. Elle a publié Les Sortilèges du Tremblay (2012), préfacé par Yves Jacob, puis, aux Presses de la Cité, Ce que Fanny veut... (2015), Les Saisons du mensonge (2016), Les Demoiselles de Beaune (2017) et en 2018, Les amants de l’été 44, dans lequel Karine Lebert emmenait ses lecteurs dans un passionnant voyage de la Normandie à New-York, sur les traces des war brides.

Dans son dernier opus, intitulé Pour l’amour de Lauren, l’auteure poursuit son histoire et révèle enfin à des lecteurs impatients la vérité à propos de Philippine, une jeune femme audacieuse, qui dans l’insouciance de sa jeunesse, n’avait pas hésité à quitter famille et patrie pour suivre Ethan en Amérique, dans l’espoir d’un avenir meilleur.

On y retrouve également Gemma Harper, cette jeune New-Yorkaise trentenaire, qui, avait tenté de retrouver ses origines normandes, liées à celles de Philippine. Fascinée à la fois par une Normandie inconnue et par cette grand-mère dont elle ignorait tout, Gemma continue d’explorer les zones d’ombre qui entourent le souvenir de son aïeule. De confessions en révélations, elle exhume enfin le passé de Philippine, son histoire d’amour contrarié avec le bel Ethan et comprend en quoi les secrets de sa filiation pourraient changer définitivement le cours de son existence…

Mais bien au-delà l’histoire passionnante et bouleversante d’un amour contrarié, le roman de Karine Lebert se réclame également du document d’histoire en revenant sur un pan relativement méconnu de l’Histoire. L’auteure y livre un témoignage et un hommage poignant aux war brides, à une époque tourmentée où s’expatrier et épouser quelqu’un d’une nationalité et d’une culture différentes n’est pas aussi simple et évident qu’aujourd’hui. Alors que nous vivons plus que jamais dans un monde où les distances sont abolies et où les civilisations sont métissées, Karine Lebert donne un éclairage différent sur la réalité de l’époque. On comprend alors ce que la décision de ces femmes, souvent très jeunes et candides (pour ne pas dire naïves), avait d’audacieux et de courageux ! De désillusions en espoirs déçus, beaucoup de ces war brides finiront par rentrer brisées de leur rêve américain…

On ne peut que tomber sous le charme de ce roman à mi-chemin entre la saga familiale et le roman d’amour ! Karine Lebert a su y tisser une intrigue dont le suspense nous tient en haleine jusqu’aux dernières pages ! C’est romanesque à souhait et si poignant qu’on ne peut s’empêcher de dévorer cette histoire d’une traite !

Je remercie les éditions Presses de la Cité et la plateforme NetGalley de leur confiance ainsi que Karine Lebert pour sa charmante dédicace.