91KrN1vi9JL

Stephenie MEYER, Les âmes vagabondes.
747 pages.
Editions JC Lattès (6 mai 2008).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Melanie Stryder est une rebelle.

Notre Terre a été envahie par un ennemi invisible. Petit à petit, les âmes vagabondes s’emparent du corps des hommes en neutralisant leur esprit. La quasi-totalité de l’humanité a ainsi succombé.

Melanie Stryder fait partie du dernier groupe d’hommes libres. Lorsqu’elle est capturée par les Traqueurs, on lui insère Vagabonde, une âme exceptionnelle qui a déjà connu plusieurs corps. Elle sait les difficultés d’envahir un humain hostile : les émotions dévastatrices, le tumulte des sens, les souvenirs trop vifs. Et Vagabonde rencontre un obstacle supplémentaire : l’esprit de l’ancienne propriétaire résiste.

L’âme explore les souvenirs de Melanie dans l’espoir de découvrir l’endroit où se cachent les derniers résistants humains. Mais à la place de ces informations, Melanie submerge Vagabonde par les images de l’homme qu’elle aime – Jared, un humain encore en cavale. Incapable de se dissocier des pulsions de son corps d’emprunt, Vagabonde commence à aimer l’homme qu’elle est censée livrer aux autorités. Face aux pressions extérieures, Melanie et Vagabonde se retrouvent alliées malgré elles ; commence alors pour elles la quête incertaine et périlleuse de cet homme dont elles sont toutes deux amoureuses.

MON AVIS :

Stephenie Meyer est née en 1973 dans le Connecticut. Diplômée en littérature anglaise, elle publie, en 2005, Fascination, premier tome de la saga Twilight, traduite dans 47 pays et vendue à plus de 120 millions d'exemplaires dans le monde. Elle vit aujourd’hui dans l’Arizona avec son mari et ses trois fils.

C’est sur les recommandations d’une amie que j’ai décidé de donner sa chance aux Âmes vagabondes de Stephenie Meyer. Derrière ce roman de science-fiction teinté de romance, comme le sont, apparemment, les autres romans de l’auteure, j’ai trouvé de nombreuses références aux films SF que j’ai vus dans ma jeunesse (E.T., Alien, Dune, etc…). Je dois reconnaître que je me suis assez facilement laissé entraîner par l’intrigue. L’imagination est débordante, le style facile d’accès, les premiers chapitres suffisamment intrigants pour que l’on ait envie de tourner toujours plus de pages.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, pour moi qui n’ai aucune attirance particulière pour le young-adult, la science-fiction ou le fantastique, je reconnais que le roman de Stephenie Meyer est original et bien ficelé. Malgré des dialogues un peu mous et superficiels, les personnages qui constituent la principale force du roman, sont tous plus émouvants les uns que les autres, en particulier le duo Melanie/Gaby dont la personnalité gémellaire est, il faut l’avouer, assez fascinante !

Mais c’est surtout la réflexion morale derrière cette intrigue captivante qui m’a le plus intéressée : la liberté (ou plutôt le libre arbitre), l’acceptation de soi, de l’autre, les questions éthiques qu’engendre la colonisation des êtres humains par les âmes, etc… Le roman ne manque pas d’interpeller le lecteur et de bousculer aussi bon nombre de ses préjugés ! C’est intéressant !

En définitive, Stephenie Meyer signe ici un roman touchant, fort et mature, qui abolit la frontière entre littérature jeunesse et adulte. Cette histoire, passionnante de bout en bout, m’a donné un bel aperçu du talent qui l’a placée parmi les auteures les plus reconnus au monde.