81U7JEDzayL

Tor UDALL, Le jardin des bonheurs égarés.
416 pages.
Editions Préludes (2 mai 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Audrey était l’épouse, l’amour et la meilleure amie de Jonah. Mais la jeune femme est brutalement décédée, et Jonah ignore comment vivre après ce drame. Il ne trouve de réconfort que dans les luxuriants et paisibles Kew Gardens, qu’Audrey adorait tant. Au fil des jours, Jonah y rencontre d’intrigants personnages : Chloe, une artiste passionnée hantée par un secret et par les gracieux oiseaux de papier qui naissent entre ses mains, Harry, intrépide jardinier chargé de prendre soin des plantes, et enfin Milly, une fillette de huit ans qui promène un peu partout sa bonne humeur.

Tandis que Jonah lutte contre ses démons, les mystères se multiplient. Où sont les parents de Milly ? Qui est réellement Harry ? Le journal intime d’Audrey, que Chloe découvre, pourrait les aider à dénouer les fils de l’écheveau qui s’est tissé dans les allées des jardins…

Un ballet de personnages d’une élégance rare, le décor splendide des parcs londoniens, la délicatesse des origamis… Enchanteur, subtil et puissant, Le Jardin des bonheurs égarés offre une bouleversante histoire d’amour et de perte.

« Un roman poétique et finement ciselé. » Sunday Express.

« Aussi déchirant qu’exaltant, un véritable hymne à tous les amours imparfaits. » The Observer.

MON AVIS :

Le jardin des bonheurs égarés offre le portrait intime de cinq vies inextricablement liées, tout au long d'une année à Kew Gardens. Tor Udall signe un premier roman étrange et inclassable, que tous les inconditionnels d'Alice Sebold, Barbara Kingsolver ou Audrey Niffenegger vont adorer.

Après la mort subite de sa femme, Jonah trouve refuge dans les jardins luxuriants et paisibles de Kew Gardens. Jour après jour, il y entretient le souvenir d’Audrey et tente d’y reconstruire son existence. C’est là qu’il rencontre Chloe, une jeune artiste écorchée vive, passionnée d’origami, qui cherche elle aussi le réconfort dans les allées des jardins. Alors que tous deux luttent contre leurs démons, Chloe et Jonah finissent par se rapprocher. Les jardins de Kew Gardens auraient-il la faculté ou le pouvoir extraordinaire de panser les plaies de celles et ceux qui ont perdu l’amour, l’espoir et le goût de vivre ?

Mais alors qui est cet énigmatique jardinier, qui inlassablement revient sur le devant de la scène et semble attendre que quelque chose -ou quelqu’un- l’enracine plus fermement à la terre ? Et qui est Milly, cette petite fille de huit ans qui erre dans les jardins et promène sa bonne humeur partout derrière elle ?

Au fil de cet étrange et élégant ballet de personnages, l’auteure lève le voile sur les mystères des jardins royaux de Kew Gardens. Au moyen d’un exercice de style inédit, Tor Udall nous apprend que les histoires d’amour et les destins sont comme le papier, ils peuvent être manipulés, pliés, dépliés et reformés à l’infini…  L’écriture est si poétique, si finement ciselée que l’on a vraiment envie de croire à cette histoire complètement folle, qui, tout en réconfortant le lecteur, fait aussi vaciller toutes ses croyances et ses certitudes… C’est étrange, déstabilisant mais pas inintéressant pour autant !

Le jardin des bonheurs égarés est une expérience de lecture dont vous vous souviendrez longtemps. Que vous soyez séduits -ou non- par le style pour le moins déconcertant de Tor Udall, vous ne pourrez pas rester de marbre face à ce roman insolite et déchirant. Un chef d’œuvre d’imagination et un hommage vibrant au pouvoir apaisant de la nature !

Je remercie les éditions Préludes et la plateforme NetGalley de leur confiance.