51x-9FdS75L

Karine LEBERT, Les amants de l'été 44.
363 pages.
Editions Presses de la Cité (15 mars 2018).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l'entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, en 2000, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, Pont-l'Evêque, Le Havre, Barfleur, Colleville, l'Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence en 1944, quand, en faisant du marché noir à Deauville, la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane. Deux destins de femmes, deux continents, deux époques... L'une est en quête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté. Avec en filigrane cette question douloureuse : pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?

MON AVIS :

Née dans l'Orne, dont les paysages inspirent le décor de ses romans, Karine Lebert a été journaliste à Paris Normandie. Elle a publié Les Sortilèges du Tremblay (2012), préfacé par Yves Jacob, puis, aux Presses de la Cité, Ce que Fanny veut... (2015), Les Saisons du mensonge (2016) et Les Demoiselles de Beaune (2017).

Dans Les amants de l’été 44, Karine Lebert emmène ses lecteurs dans un passionnant voyage de la Normandie à New-York, à la découverte d’un pan méconnu de l’Histoire, celle des « war brides » qui, dans toute l’insouciance de leur jeunesse, n’ont pas hésité à quitter famille et patrie pour embarquer pour l’Amérique avec l’espoir d’un avenir meilleur.

Gemma Harper est une jeune New-Yorkaise ambitieuse dont les certitudes vacillent à la mort de sa mère. C'est au cœur d'une Normandie inconnue que ses pas vont la guider à la découverte de ses origines cachées, liées à celles de Philippine, une femme au destin romanesque durant la Seconde Guerre mondiale.

Fascinée par cette grand-mère qu’elle n’a jamais connue, c’est en fouillant parmi les zones d’ombre et les silences gênés autour du souvenir de son aïeule que Gemma va reconstituer peu à peu l’itinéraire de Philippine ainsi que son histoire d’amour contrarié avec le bel Ethan. De confessions en révélations, Gemma va comprendre que les secrets de sa filiation pourraient bien changer définitivement le cours de son existence…

On ne peut que tomber sous le charme de ce roman à mi-chemin entre la saga familiale et le roman d’amour ! Karine Lebert a su y tisser une intrigue dont le suspense nous tient en haleine jusqu’aux dernières pages ! C’est romanesque à souhait et si poignant qu’on ne peut s’empêcher de dévorer cette histoire d’une traite !

Une très belle lecture pour un roman de terroir qui réclame aussi du document d’histoire.

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance et Karine Lebert pour sa charmante dédicace.