81NOjdGsc2L

Tamara McKINLEY (alias Ellie DEAN), La Pension du Bord de mer, tome 3 : L'espoir ne meurt jamais.
394 pages.
Editions L'Archipel (8 novembre 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Angleterre, juin 1940. Le père de Rita, 17 ans, est parti au front. Celle-ci peut cependant compter sur le soutien des habitants de la petite bourgade côtière de Cliffehaven.

Lorsque sa maison est détruite sous un bombardement, beaucoup croyaient que Rita flancherait. Pas du tout ! Elle est au contraire déterminée à participer à l’effort de guerre.

Contrainte d’abandonner son rêve d’intégrer les Forces féminines de l’aviation, elle se porte volontaire au sein d’une unité de pompiers.

Rita s’est fait une promesse : ne jamais perdre foi. Avec l’espoir d’un jour retrouver ceux qu’elle aime.

MON AVIS :

Née en Tasmanie, Tamara McKinley quitte très jeune son Australie natale pour la Grande-Bretagne. La dernière valse de Mathilda (2005), son premier grand roman, est traduit dans plus de vingt pays. Après Et le ciel sera bleu et Si loin des siens (L’Archipel, 2015 et 2016), voici le troisième volet de sa nouvelle saga du « Bord de mer ».

Depuis 2011, la série de la Pension du Bord de mer, qui compte déjà quatorze tomes (le quinzième est annoncé pour août 2018), captive les Britanniques et on les comprend ! Amitié, amour, coups du sort et rebondissements sur fond de guerre mondiale, la série de Tamara McKinley possède tous les ingrédients pour devenir un best-seller ! Son originalité repose sur le fait que l’auteure met en scène des personnages, essentiellement féminins, gravitant autour du couple pittoresque et attachant qui dirige la pension du Bord de mer.

Et même si on est très loin des sagas exotiques qui ont fait le succès de Tamara McKinley, celle-ci a vraiment su tirer le meilleur de ce que la côte sud de l’Angleterre a à offrir ! Sa pension du Bord de mer et la petite bourgade de Cliffehaven sont si pittoresques, si accueillantes que d’emblée, on s’y sent presque comme à la maison ! Ce n’est pas seulement un refuge mais une famille que l’on trouve à Cliffehaven ! Dès lors, impossible de ne pas se passionner pour les pensionnaires et leur histoire de survie, où seuls comptent l’entraide, le courage et l’obstination !

Dans ce troisième tome, les temps sont toujours aussi durs et l’avenir toujours aussi incertain. La famille Reilly et ses nouveaux pensionnaires doivent endurer toujours plus de privations. Malgré l’enfer des raids aériens et des bombardements quotidiens, ils sauront rester dignes et se montrer à la hauteur des sacrifices que cette guerre leur impose.

« S’il y eut alors un cliché qui, plus que tous les autres, marqua l’esprit des Britanniques, ce fut celui qui figurait le dôme de la cathédrale Saint-Paul se dressant fièrement au-dessus de la fumée et des flammes, tel un pied de nez au déluge que la Luftwaffe avait pourtant déversé sur lui. La preuve, s’il en était besoin, que jamais la Grande-Bretagne ne ploierait sous le joug hitlérien. »

Comme dans les tomes précédents, l’effort de guerre, le partage et solidarité sont au cœur même du roman de Tamara McKinley. Au-delà de l’hommage que l’auteure rend à la population civile britannique durant la Seconde Guerre mondiale, elle nous exhorte en quelque sorte à imiter nos aînés et à rester, nous aussi, unis dans l’adversité. Et malgré une impression de « déjà lu » et quelques longueurs, ce troisième tome de la pension du Bord de Mer est toujours aussi plein de bons et nobles sentiments, de chaleur humaine et générosité.

Si vous aimez les grandes et belles sagas romanesques, les histoires réconfortantes, les personnages forts et bien campés, n’hésitez pas une seule seconde ! L’espoir ne meurt jamais vous fera vibrer de la première à la dernière page !