818Y+qUlnjL

Jean-François CHABAS, La loi du Phajaan.
128 pages.
Editions Didier Jeunesse (6 septembre 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Dans la famille de Kiet, on est dresseur d’éléphants de père en fils. Le jour de ses dix ans, Kiet part avec son père et des chasseurs pour capturer son premier éléphanteau. Pendant plusieurs jours, l’enfant participe au « Phajaan », une méthode de dressage traditionnelle particulièrement cruelle qui marquera à jamais le jeune garçon…

MON AVIS :

Jean-François Chabas, auteur majeur de la littérature jeunesse contemporaine engagé en faveur de la protection des animaux, livre un récit puissant et émouvant qui défend avec subtilité et vigueur la cause des éléphants. La loi du Phajaan, son nouveau roman coup de poing à paraître le 6 septembre aux éditions Didier Jeunesse, dénonce et condamne les mauvais traitements infligés aux éléphants d’Asie au nom d’une méthode ancestrale de dressage particulièrement cruelle. Parce qu’il y est question de torture animale dans ce qu’elle a de pire, c’est une lecture à conseiller à un public averti, à partir de 10 ou 11 ans.

« J’ai accompli la basse besogne qui demeure aujourd’hui, alors que j’ai soixante-quatre ans, la plus grande honte et le plus immense chagrin de toute mon existence. Comment décrire le phajaan sans provoquer, chez ceux qui en entendent parler pour la première fois, incrédulité et répulsion ? »

L’intrigue en flux tendu, concentrée sur un unique flash-back, fait toute la lumière sur cette pratique de dressage méconnue et toujours en vigueur aujourd’hui. L’histoire de Kiet et de Sura, son éléphant, ne laissera personne indifférent ! Elle fera passer les lecteurs, qu’ils soient petits ou grands, par toutes sortes d’émotions : honte, colère, dégoût, ou incompréhension. 

La loi du Phajaan est une lecture nécessaire, qui agit comme un véritable électrochoc et marque profondément la conscience de celui qui le lit !

« On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal. On a du cœur ou on n’en a pas » Alphonse de Lamartine.

Pour information, Didier Jeunesse soutient l’action de EVI (Eco Volontaire International), une association dont le but est d’intervenir pour la protection des animaux sauvages et de l’environnement dans le monde, ainsi que de consolider un lien respectueux entre les humains et la nature.

Je remercie les éditions Didier Jeunesse ainsi que la plateforme NetGalley de leur confiance.