91dURBPkvnL

Adriana TRIGIANI, Lucia, Lucia.
304 pages.
Editions Charleston (7 juin 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

New York, 1950. À vingt-cinq ans, Lucia Sartori est certainement la plus jolie fille du quartier. L'après-guerre a ouvert de nombreuses possibilités aux jeunes femmes ambitieuses, et Lucia vient de commencer comme apprentie couturière au très chic grand magasin B. Altman sur la 5e Avenue. Son père, qui a brillamment réussi dans les affaires et tient l'épicerie fine italienne la plus réputée, l'a toujours encouragée dans ses ambitions, mais les traditions sont tenaces... Fiancée à son amour d'enfant, l'inébranlable Dante DeMartino, Lucia est déchirée lorsqu'elle rencontre un bel inconnu qui lui promet une vie de luxe dans les beaux quartiers, une vie comme elle n'en lit que dans les magazines. Forcée de choisir entre sa famille et ses rêves, Lucia se retrouve au centre d'un scandale qui révélera des secrets enfouis. L'honneur des Sartori est en jeu...

« Cette histoire réconfortante vous offre une merveilleuse leçon sur la façon de prendre des risques dans la vie comme dans l'amour. »

MON AVIS :

Adriana Trigiani est une grande romancière américaine d'origine italienne. Ses romans ont été publiés dans le monde entier (36 pays). Elle a reçu de nombreux prix. La quatrième de couverture de son nouveau roman, Lucia, Lucia, publié aux éditions Charleston depuis le 7 juin dernier, promettait une histoire captivante, un scandale et des secrets enfouis, je n’ai pas été déçue !

Plus que le scandale dans lequel Lucia a été entraîné malgré elle, j’ai été complètement envoûtée par son ambition, sa détermination à mener sa vie comme elle l’entend, malgré le poids de traditions familiales tenaces.

Lucia est, à mon avis, l’héroïne de roman à laquelle toutes les femmes s’identifieront ! Fière, forte, indépendante et moderne, cette apprentie couturière à l’élégance folle, paiera au prix fort ses rêves de réussite... Dans le Greenwich Village en plein bouleversement des années 1950, la jeune femme devra faire preuve de ténacité et d’obstination pour imposer ses choix et écrire son propre destin !

« Je veux travailler comme un homme. Personne ne le dit en ces termes, mais c'est la vérité. C'est mon rêve. Quand je repense à tout ce que je viens de vivre, ma vie professionnelle est la seule chose qui ne m'a jamais déçue. »

Mais même trahie, Lucia le sait, elle pourra toujours compter sur l’amour inconditionnel et le soutien de ses proches pour la réconforter, panser ses blessures et laver son honneur ! Les liens qu’entretiennent en effet les Sartori sont de ceux qui permettent de surmonter tous les affronts !

On s’attache très vite aux personnages de ce roman émouvant sur les sentiments, la famille et les choix qui nous façonnent ! La question de l’émancipation des femmes y est cruciale et si la vie de Lucia n’est finalement pas le conte de fée qu’elle espérait, on ne retiendra de ses peines et de ses guerres quotidiennes que les moments heureux que l’amitié et l’amour des siens lui procurent ! C’est passionnant !

Je remercie les éditions Charleston de leur confiance.