51U7t4DRCeL

Sylvie ANNE, Un mariage en eaux troubles.
288 pages.
Editions Presses de la Cité (11 mai 2017).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

A Brive, en 1935. Par son mariage, la douce Alice est au cœur des manigances et des ambitions de Paul Bersac et de sa mère. Lui, propriétaire de la source d'eau la Châteline, cache sa part d'ombre. Mais bientôt Alice se rebelle...

Aux premiers mois de son mariage, Alice y a cru. Naïvement, peut-être, mais quelle femme aurait pu résister au charme du nouveau propriétaire de la Châteline ? De plus, Paul Bersac avait pour elle de délicates attentions. Alice ne prenait même pas ombrage de l'omniprésence de Marthe, sa belle-mère, chez eux. Trop sage, trop terne, trop inexpérimentée, cette fille unique de fermiers corréziens prospères n'aurait jamais espéré une si belle union. Aussi arrangée soit-elle. Mais Paul n'est ni le mari dont elle rêvait, ni le brillant entrepreneur qu'il a voulu faire croire. Il mène une double vie, il a dilapidé toute sa dot, l'entreprise perd de l'argent, Marthe la harcèle... Au fur et à mesure qu'elle découvre la véritable personnalité de son époux, Alice affirme la sienne. Elle va se battre pour sauver la Châteline et décide de prendre enfin son destin en main. Il y aura tout d'abord sa passion révélée pour l'équitation, puis une rencontre providentielle avec un riche homme d'affaires anglais. Enfin l'apprentissage de sa féminité, étonnante de séduction, de persuasion, de volonté.

MON AVIS :

Sylvie Anne a mis en lumière la Corrèze dans ses précédents romans, Le Secret des chênes, La Couze, Ciel d'orage sur Donzenac, L'Orpheline de Meyssac, L'Etranger de Saint-Cernin, La Vie d'Agnès ou encore Le Bois et la Source que j’avais déjà eu le plaisir découvrir en 2016 grâce à un partenariat avec les éditions Presses de la Cité. Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir un exemplaire d'Un mariage en eaux troubles signé de la main de son auteure !

J’ai beaucoup aimé la timide Alice et l’horrible piège dont elle et sa famille ont été les malheureuses victimes ! Les manigances et l’ambition dévorante de don mari, Paul Bersac, ainsi que la relation fusionnelle et toxique que ce dernier entretient avec une mère intrusive, m’ont tenue en haleine d’un bout à l’autre du roman !

D’ailleurs, il me serait bien difficile de dire ce que j’ai le plus aimé dans cette histoire ! Est-ce la rébellion d’Alice qui, de timide, soumise et inexpérimentée, décide subitement de s’affirmer et de prendre son destin en main ? Est-ce l’incroyable revanche qu’elle prend sur son mari et sa belle-mère ou sa détermination à vouloir faire de l’affaire familiale moribonde une entreprise florissante ?

Le plus simple reste encore de vous conseiller la lecture de ce roman passionnant ! Si vous aimez les portraits de femme farouches, qui forgent leur destin avec ardeur, persuasion et volonté, vous serez forcément conquis par Alice et son étonnant apprentissage d’indépendance et de féminité ! Comme pour Le bois et la source, le nouveau roman de Sylvie Anne fait encore la part belle à une héroïne belle et forte. Entre courage, détermination et désir d’émancipation, le destin inattendu et incroyable de la jeune Alice en surprendra plus d’un !

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance et Sylvie Anne pour sa charmante dédicace.