410dIcRTfLL

Camilla LÄCKBERG, Le gardien de phare.
480 pages.
Editions Actes Sud (1er juin 2013).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Annie, terrorisée et les mains en sang, s'enfuit vers le seul endroit où elle se sente en sécurité : la maison de vacances familiale, l'ancienne résidence du gardien de phare, sur l'île de Gråskär. Quelques jours plus tard, Mats Sverin, qui venait de regagner sa ville natale après des années d'absence, est assassiné dans son appartement à Fjällbacka. Quand la police commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Avant de mourir, Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l'île de Gråskär - appelée par les gens du cru «l'île aux Esprits» car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants... Erica, quant à elle, est sur tous les fronts. Tout en s'occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu'elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s'efforce aussi de soutenir sa soeur victime d'un accident de voiture aux conséquences dramatiques. Avec Le Gardien de phare, Camilla Läckberg poursuit sur un rythme trépidant la série policière la plus attachante du moment.

MON AVIS :

Camilla Läckberg est l'auteure de plusieurs romans policiers remarqués, dont l'intrigue se situe à Fjällbacka, la petite ville de la côte suédoise où elle est née en 1974. La Princesse des glaces a reçu, en 2008, le Grand Prix de la Littérature policière et le Prix du Polar étranger au Festival de Cognac. Depuis Le Prédicateur jusqu'à son dernier roman publié en mai dernier, Le dompteur de lions, ses ouvrages connaissent un succès toujours croissant.

Dans ce septième volet de la série qui lui est consacrée, Erica est sur tous les fronts. Non contente de s’occuper de ses bébés jumeaux, elle enquête sur l’île de Gråskär dans l’archipel de Fjällbacka, et s’efforce de soutenir sa sœur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d’un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques. Avec Le Gardien du phare, Camilla Läckberg poursuit avec brio la série policière la plus attachante du moment.

Une fois n'est pas coutume, c'est encore un roman réussi que sert Camilla Läckberg à ses fidèles lecteurs ! On y retrouve avec un plaisir toujours renouvelé le couple Erica Falck et Patrik Hedström ainsi que tous les membres du commissariat de Tanumshede.

Cependant, dans ce septième tome, on a l’impression très nette que l’auteure s’éloigne de ses thèmes de prédilection. Exit les secrets de famille et les non-dits qui avaient fait le succès de ses tomes précédents, cette fois, dans Le gardien de phare, Fjällbacka ne dissimule plus seulement des querelles de voisinages et des conflits familiaux et Camilla Läckberg ne mêle plus forcément l’intime et les secrets de famille à une enquête compliquée. Pour autant, les relations humaines qu’elle y développe sont toujours aussi sordides : meurtre d’un homme sans histoire, trafic de drogue, détournement de fonds, escroquerie et violences faites aux femmes sont au programme de ce septième volet des enquêtes de Patrik Hedström et Erika Falck et finalement c’est tout aussi passionnant !

Car entre informations finement distillées et plaisir de brouiller les pistes, on sent toujours chez Camilla Läckberg cette incroyable maîtrise et le plaisir qu’elle prend à souffler le chaud et le froid, à faire voler en éclat les certitudes d’un lecteur qui se perd en conjectures ! Certes, il faut aimer ce va-et-vient, cette impression de piétiner et de mariner sans fin ! Les fréquents allers-retours entre passé et présent contribuent également à mettre les nerfs du lecteur à rude épreuve, mais lorsque le tableau, lentement, se précise, et que les pièces du puzzle s’imbriquent, la lecture devient tout simplement impossible à lâcher !

Bien qu’un peu différent, Le gardien de phare est un polar noir et sordide tout aussi abouti que les précédents opus. On se réjouit déjà de lire la suite !