51W+MmsxMwL

Tracy REES, L'oiseau des neiges.
496 pages.
Editions Presses de la Cité (1er octobre 2016).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow. 

À ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre. Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l'aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l'héritage qui lui revient. Amy s'embarque alors pour un périple aux quatre coins de l'Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre.

MON AVIS :

Tracy Rees est née en Ecosse. Diplômée de Cambridge, elle a travaillé dans l'édition pendant huit ans avec de se tourner vers la psychologie. Avec L'Oiseau des neiges, son premier roman, Tracy Rees signe un drame historique émouvant et invite la lectrice à un passionnant voyage aux quatre coins de l'Angleterre de la seconde moitié du XIXème siècle. Transportés des rues de Londres aux paysages bucoliques et verdoyants du Surrey, on se passionnera pour l'énigmatique périple entrepris par Amy pour découvrir le mystère de ses origines et l'histoire stupéfiante de son amie Aurelia...

Si L'oiseau des neiges est une fiction historique indéniablement dépaysante, dans laquelle on voyage beaucoup, c'est également un roman plus grave et plus profond dans lequel les révélations se font fracassantes et les mœurs de la bonne société victorienne décrites de manière bien peu reluisante...

Tracy Rees y raconte l'incroyable itinéraire d'Amy, une toute jeune femme courageuse et déterminée, décidée à se battre pour affirmer son indépendance et vivre la vie qu'elle s'est choisie. À une époque où les femmes sont entièrement subordonnées à leur époux, les convenances essentielles et les préjugés tenaces, on y suit le passionnant et étonnant récit de son périple, dans un monde qui lui est totalement étranger mais dans lequel elle réussira à s'intégrer grâce à son intelligence et sa ténacité. À travers les années et les nombreux obstacles qu'elle devra surmonter, Amy se dresse en quelque sorte contre les inégalités et les limites que la société victorienne impose aux femmes.

«Dans ce monde qui est le nôtre, les femmes doivent suivre la voie tracée pour elles. Et malheur à qui ne s'y conforme pas. Mais si la vie nous propose des défis qui nous conduisent hors du chemin prévu, quels recours avons-nous ? Cela me fait rire de constater que les femmes se voient offrir si peu de possibilités et qu'elles sont punies quand elles utilisent celles dont elles disposent. Cela me fait rire de constater qu'elles sont vilipendées lorsqu'elles se servent à leur avantage du seul véritable pouvoir qu'elles ont. Qu'elles sont condamnées à subir la vindicte publique toute leur vie si elles s'écartent du paradoxe pervers où les enferment la nature et l'éducation.»

Porté par une héroïne inoubliable, L'oiseau des neiges est un magnifique roman historique féminin qui, en plus de distraire et charmer, renseigne la lectrice sur le patriarcat britannique et la condition féminine des débuts de l'ère victorienne. Passionnant autant que révoltant, le destin hors du commun d'Amy est une véritable ode à l'espoir, à l'audace et à la liberté !

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance.