71zUqLxps3L

Laurent GAUDÉ, Le soleil des Scorta.
248 pages.
Editions J'ai Lu (7 spetembre 2013).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

La lignée des Scorta est née d'un viol et du péché. Maudite, méprisée, cette famille est guettée par la folie et la pauvreté. A Montepuccio, dans le sud de l'Italie, seul l'éclat de l'argent peut éclipser l'indignité d'une telle naissance. C'est en accédant à l'aisance matérielle que les Scorta pensent éloigner d'eux l'opprobre. Mais si le jugement des hommes finit par ne plus les atteindre, le destin, lui, peut encore les rattraper.

MON AVIS :

Avec Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé signe un roman dépaysant, sensible et captivant, dans lequel le soleil tape fort et ne laisse aucun repos aux hommes.

Sobre et imagé, son récit est servi par une langue âpre, où l'on sent la fatigue des uns et la pauvreté des autres. L'auteur y décrit magnifiquement les paysages rudes de l'Italie du Sud et dresse des portraits plus vrais que nature, de petites gens simples, de villageois attachés à leur terre aride et ingrate. Il raconte leurs mentalités, leurs croyances teintées de mysticisme et de superstitions, leurs espoirs souvent déçus et toute cette vie qui passe, lentement, autour de l'église et de son curé tout-puissant qui sermonne et fustige.

L'amour, la mort, l'exil, l'orgueil, la misère, la haine, la violence et toute la force de caractère des personnages font de ce péplum rural un véritable chef d'œuvre ! Tel Sisyphe, on se sent, pendant les quelques heures intenses et captivantes que durent la lecture, comme transporté dans cette Italie pieuse et grégaire, où des êtres humains bornés et fiers suent et s'échinent à surmonter les difficultés d'une vie tout entière faite de larmes, de drames et de labeur.

«Lorsque le soleil règne dans le ciel, à faire claquer les pierres, il n’y a rien à faire. Nous l’aimons trop, cette terre. Elle n’offre rien, elle est plus pauvre que nous, mais lorsque le soleil la chauffe, aucun d’entre nous ne peut la quitter.»

C'est cruel, implacable, impitoyable, harassant aussi, mais tellement beau ! L'aventure familiale des Scorta et leur destin tragique invitent le lecteur à méditer sur le sens de la vie et de la destinée propre à chacun. Notre vie suit-elle un chemin tout tracé ? Notre destin est-il marqué d'avance ? Tel est sans doute le propos véritable du roman de Laurent Gaudé...

«Nous n'avons été ni meilleurs ni pires que les autres, Elia. Nous avons essayé. C'est tout. De toutes nos forces, nous avons essayé. Chaque génération essaie. Construire quelque chose. Consolider ce que l'on possède. Ou l'agrandir. Prendre soin des siens. Chacun essaie de faire au mieux. Il n'y a rien d'autre à faire que d'essayer.Mais il ne faut rien attendre de la fin de la course. Tu sais ce qu'il y a, à la fin de la course ? La vieillesse. Rien d'autre.»

Condamnés à leur terre, coincés entre liberté et fatalité, les Scorta ne sont peut-être rien mais on les quitte avec l'immense satisfaction que la tragédie antique a trouvé, grâce à eux, un visage profondément humain ! Une fresque familiale sublime et bouleversante qui laisse le lecteur hébété, comme marqué au fer rouge.