41DMz+io+tL

Pierre DELYE, Caprices ? C'est fini !
300 pages.
Editions Didier Jeunesse (2 mars 2015).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Un roi, exaspéré par les caprices de sa jolie princesse et notamment de sa derière lubie en date (avoir un pou domestique), décide pour avoir la paix de la marier. Celui qui aura l'honneur (ou le malheur) de l'épouser doit deviner quel est l'étrange animal dont la Princesse a tiré le revêtement de son fauteuil favori (la peau... du pou !). Les plans du roi basculent lorsque Jean, petit bûcheron de son état, trouve la bonne réponse, triomphe des pièges qui lui sont tendus et gagne ainsi la main de la jeune fille. Mais, à la surprise générale, Jean refuse de l'épouser sans la connaître et la soumet à son tour à plusieurs épreuves... 

MON AVIS :

Caprice ? C'est fini ! est le premier roman de Pierre Delye (La grosse faim de P'tit Bonhomme, La Petite Poule Rousse, Les musiciens de la Nouvelle Brême, etc...). Paru chez Didier Jeunesse depuis le 2 mars 2015, ce conte décoiffant et jubilatoire, plus proche de Shrek que de Cendrillon, s'inspire d'un conte traditionnel, La peau du pou, que l'auteur a décidé de coucher sur le papier après l'avoir longtemps raconté sur scène.

Et il a bien fait ! Car si la magie du conte est toujours au cœur du récit, on y trouve également le plaisir propre au roman, avec un univers richement développé et haut en couleurs, des péripéties savoureuses et des personnages plus étoffés sur le plan psychologique. Mais surtout, on retrouve avec gourmandise  le ton irrévérencieux de Pierre Delye, son humour débordant et les thèmes qui lui sont chers comme la famille, le sens de la vie, la curiosité, la tolérance, etc...

Caprices ? C'est fini ! est un roman dans lequel on rit beaucoup. Les personnages sont truculents, les situations tiennent souvent du gag et les répliques sont truffées de jeux de mots et d'espièglerie. Tout y est matière à humour mais on ne peut toutefois s'empêcher d'être touché et ému, lorsque la capricieuse Princesse s'engage sur le chemin de l'humilité pour gagner le cœur de son audacieux prétendant...

Grâce à une typographie lisible, une mise en page bien aérée et à aux illustrations décalées d'Augustine, Caprices ? C'est fini ! s'adresse avant tout aux jeunes lecteurs à partir de 10 ans. C'est un livre idéal pour passer facilement des albums aux premiers grands romans ! Les adultes, surtout ceux qui ont su conserver leur âme d'enfant, y trouveront également un joli rappel du sens de la vie et de ses vraies valeurs ! Ça ne peut pas faire de mal !

Je remercie Babelio et les éditions Didier Jeunesse pour leur confiance.