51JmeMhPzEL

Frédérique VOLOT, 59, passage Sainte-Anne.
333 pages.
Editions Presses de la Cité (9 octobre 2014).

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Le suicide de la comédienne Mimi Pattes-Maigres qui, finalement, n'en serait pas un, l'étrange message dans la doublure de sa robe, le cadavre mutilé d'un précieux informateur retrouvé dans une église... Rien qui puisse impressionner Achille Bonnefond considéré, à juste titre, comme le meilleur spécialiste des affaires criminelles de la capitale. Mais, pour les besoins de son enquête, le détective va devoir s'initier auprès d'Allan Kardec au secret des pratiques spirites très en vogue dans les beaux quartiers du Paris haussmannien. Un jeu dangereux qui pourrait lui être fatal s'il commet la moindre imprudence car, parfois redoutables... les esprits veillent !

MON AVIS :

Née dans les Vosges, Frédérique Volot a déjà publié plusieurs romans historiques aux Presses de la Cité, Le Rucher du père Voirnot, Pour l'honneur de Blanche et La vierge-Folle, le premier volet des enquêtes du détective Achille Bonnefond.

Quel plaisir de retrouver enfin le bel Achille Bonnefond pour la suite de ses aventures ! Cette fois, pour les besoins d'une affaire des plus périlleuses, notre fin limier des affaires criminelles n'hésitera pas à plonger dans les milieux spirites du Paris du Second Empire. Guidé par Allan Kardec, qui n'est autre que le père fondateur de la philosophie spirite et le codificateur de ces pratiques occultes alors très en vogue dans les beaux quartiers du Paris hausmannien, Achille Bonnefond découvre le monde étrange et dangereux des esprits... Entre raison et occultisme, les convictions du bel Achille vacillent. Il lui faudra progresser avec beaucoup de circonspection pour élucider le mystère de celle que l'on surnommait Mimi Pattes-Maigres...  

Outre l'intrigue criminelle passionnante, c'est encore et toujours une belle reconstitution de la capitale sous le Second Empire que nous présente Frédérique Volot. Son récit brille par sa documentation particulièrement fouillée. Mais si la vraisemblance des propos mis dans la bouche de ses personnages n'est pas à prouver, c'est surtout l'ambiance, que l'auteure a su insuffler à son récit, qui fait tout le sel de 59, passage Sainte-Anne ! Car en habituée des romans historiques, Frédérique Volot a su se renouveler et revisiter habilement le genre pour mieux captiver ses lecteurs.

Mâtiné de fantastique, 59, passage Sainte-Anne est un roman inclassable, à mi-chemin entre le policier et l'historique. L'immense talent de conteuse de l'auteure vous plongera dans un univers mystérieux, où surnaturel et phénomènes étranges côtoient la réalité. Dans cette atmosphère brumeuse et lugubre à souhait, c'est un voyage inquiétant vers un ailleurs étrange et fascinant qui attend le lecteur... Fermez les yeux, vous y êtes déjà !

«Tout se mit à craquer violemment autour des participants. Des portes claquaient. L'esprit semblait partout et nulle part au même moment. Il donnait de grands coups au plafond, dans le plancher ou la table. Les livres tombaient des rayonnages, volaient à travers la pièce. Les aiguilles de la pendule sur la cheminée s'affolaient en tous sens. Soudain, un guéridon marqueté s'éleva dans les airs, se plaça en lévitation juste au-dessus de leurs tête, menaçant, prêt à s'abattre sur eux.

- Ne bougez pas ! ordonna le spirite. Cet esprit inférieur veut nous faire peur. Mais nous n'avons pas peur !

Difficile pourtant de ne pas céder à l'envie de prendre ses jambes à son cou et de s'enfuir. Marthe avait agrippé le bras d'Achille, terrorisée. Jamais elle n'avait connu pareille manifestation lors d'autres séances dans des salons bourgeois.»

Passionnante et hypnotique, cette deuxième enquête d'Achille Bonnefond séduira à coup sûr les amateurs d'histoire et emmènera le lecteur à la découverte du monde invisible des esprits. Un récit tout en contrastes, qui offre également un formidable et passionnant tableau historique et culturel du Paris foisonnant du Second Empire ! 59, passage Sainte-Anne est une suite envoûtante et très réussie, qu'on lit tout en retenant son souffle ! Bravo Frédérique !

Je remercie les éditions Presses de la Cité de leur confiance.