Maggie O'Farrell_En cas de forte chaleur

Maggie O'FARRELL, En cas de forte chaleur.
348 pages.
Editions : Belfond (9 janvier 2014).
ISBN-10: 2714454356
ISBN-13: 978-2714454355
Lu : 01/2014.

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Londres, 15-18 juillet 1976. Canicule dans la capitale, tout semble figé. Robert Riordan part chercher son journal. Dix heures plus tard, pas de nouvelles du retraité. L’heure est venue pour Gretta, son épouse, de contacter ses trois enfants, d’expliquer avec des mots embrouillés la disparition de leur père. Pourquoi cet homme si discret, si routinier, ne rentre-t-il pas ? Ça tombe mal pour l’ainée Monica : le chat vient de mourir. Que vont dire ses belles-filles qui la détestent tant ? Pour son frère Michael Francis, le moment est également mal choisi : la tension avec sa femme est de plus en plus palpable. L’urgence n’est-elle pas de remédier à ses problèmes de couple avant de courir chez sa mère prendre en main cette disparition ridicule ? Et qui pour appeler Aiofe ? La cadette un brin spéciale a coupé les ponts depuis des années pour vivre sa vie, et ses secrets, à New York. Pourtant, il faudra bien lui annoncer la situation…

Sous le toit de la famille Riordan, l’ambiance est lourde. Réunis autour de leur mère, les trois enfants tentent de retisser des liens distendus, d’oublier les fâcheries, de comprendre : où est leur père ? Que leur cache-t-il ? Et si sa disparition était la clé d’un mystère familial encore plus grand, protégé depuis de longues années ?

MON AVIS :

Après Cette main qui a pris la mienne, récompensé du Costa Award, Maggie O'Farrell récidive et dresse le portrait suffocant d'une famille qui étouffe sous le poids des mensonges et des non-dits.

A n'en point douter, le lecteur sera ébloui par la facilité déconcertante avec laquelle Maggie O'Farrell explore les sentiments humains et rend compte de l'effet destructeur des non-dits. Son histoire, pourtant, n'est qu'une simple histoire de famille, rien qui n'ait déjà été écrit cent fois par le passé mais ici, c'est l'atmosphère étouffante, caniculaire, qui fait la différence et que l'auteur excelle à décrire. Maggie O'Farrell décortique également les rapports humains comme personne, s'insinuant dans la peau et la tête de ses personnages pour croquer le portrait d'une famille irlandaise inoubliable. Grâce à des personnages, plus vrais que nature dans leur désarroi et leurs tourments, elle réussit à tenir le lecteur en haleine sans pour autant consentir à des rebondissements ou des révélations fracassantes. Elle dévide (très) lentement l'écheveau de son intrigue et il faudra beaucoup de patience au lecteur pour percer enfin le mystère et connaître la vérité ! A mesure que la canicule s'installe, que le mystère autour de la disparition de Robert s'épaissit, les vieilles rancœurs ressurgissent et empoisonnent le semblant d'unité familiale que Gretta, en bonne matriarche, tient tant à préserver. C'est superbement décrit, avec beaucoup d'élégance et de subtilité !

Mais cela n'aura malheureusement pas suffi à faire de ce roman le chef d'œuvre que laissait présager la quatrième de couverture ! Dans son souci d'aller toujours au plus profond des choses, Maggie O'Farrell se laisse parfois aller à des digressions et des délayages déroutants. Son récit est alors si anecdotique qu'il en devient frustrant pour le lecteur ! C'est dommage car Maggie O'Farrell avait tout pour faire de En cas de forte chaleur sinon un roman inoubliable au moins un best-seller incisif et captivant !

Finalement, seule l'écriture, magnifique et intimiste, m'aura permis de trouver le courage et l'envie d'aller au bout de ce roman. Une déconvenue qui me m'empêchera cependant pas de retenter ma chance avec un autre titre de l'auteur...

Je remercie les éditions Belfond et Babelio de leur confiance.