51WtP8YuNHL__SL500_

180 pages
Editions : Pascal Galodé éditeurs
ISBN : 978-2355930393
Lu : 8/2011

QUATRIEME DE COUVERTURE :

Nicolas avait un nouveau blouson en daim, il s'était coiffé les cheveux en arrière et il n'était pas tout seul. Avec lui, il y avait une fille qu'on n'avait jamais vue et qui nous regardait. Nicolas souriait comme s'il avait eu le prix d'excellence ou s'il avait marqué un but au football. Il s'est avancé en bombant le torse comme un acteur de cinéma et il a dit : - Je vous présente Caria, c'est ma cousine. Elle était belle, Carla. Elle avait de longs cheveux noirs et des grands yeux verts et elle baissait les paupières. Elle avait une robe violette, un petit sac en cuir comme une dame et un béret en coton beige sur la tête. Elle nous a fait un joli sourire et elle nous a dit qu'elle était italienne et qu'elle ne parlait très bien le Français. Nous, on s'est tous proposés pour tout lui expliquer.

MON AVIS :

Je cherchais une lecture facile, légère pour le week-end, je l'ai trouvée avec ce pastiche du célèbre Petit Nicolas de mon enfance ! J'ai de suite été séduite par l'idée de comparer la classe politique à une cour d'école et je m'attendais à une lecture placée sous le signe de l'humour et de l'autodérision. Mais si certaines nouvelles sont drôles (sans pour autant être désopilantes), d'autres le sont malheureusement beaucoup moins, il y a un air de déjà vu qui ne séduit pas et qui fait regretter l'inégalable version originale de Sempé et Goscinny ! Il y avait pourtant vraiment matière à créer quelques histoires savoureuses ! On reste sur sa faim et on regrette que l'ensemble des personnages ne soient pas plus "fouillés" ou en tout cas mieux exploités. Il y a bien heureusement quelques passages amusants et les illustrations qui sauvent un peu l'affaire mais dans l'ensemble, ce pastiche, s'il reste un moment de lecture agréable, n'en demeure pas moins inoubliable ! C'était tout juste bien.